X

Recherches fréquentes

L'éDITION DES JEUNES
AMSTERDAM

Virée à deux

Une ville décontractée, ouverte, sans tabous, festive et amicale. J’ai simplement adoré Amsterdam et j’ai beaucoup appris sur moi en voyageant avec une inconnue. 

PHOTO
Sherife Hamzaj, Romina Rattaggi
18 novembre 2019

Je m’apprête à partir à Amsterdam avec Romina (20 ans), une collègue suisse-allemande, dont je venais de faire la connaissance. En choisissant le sujet de notre article, puis notre destination, nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Romina et moi avions très peu échangé lors de notre rencontre dans les locaux de Coopération et j’appréhendais un peu ce voyage de trois jours. Allions-nous nous entendre, nous amuser?

A première vue, nous étions assez différentes. Elle est plus discrète, aime visiter les musées et ne sort pas beaucoup. Quant à moi, j’aime faire la fête, je suis plus ouverte et les musées... ce n’est pas vraiment mon truc, car ça m’ennuie vite. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si tout allait bien se passer.

27 juin

Nous nous retrouvons à Bâle pour prendre le train direction Amsterdam. Nous profitons du long trajet – de sept heures! – pour faire connaissance. Lorsque nous arrivons enfin à destination, il est déjà 23 h 30. Il est tard, mais je décide de sortir prendre un petit verre, seule, car Romina n’a pas souhaité me suivre. Je m’installe dans un bar non loin, histoire de voir s’il y a du monde. Je constate qu’il y a beaucoup de gens dehors. Dans le bar, le serveur et même les clients m’accueillent avec enthousiasme en voyant que je suis une touriste. L’ambiance est bonne. J’échange quelques mots avec les locaux avant de rentrer me coucher. Comme tout le monde parle anglais, je n’ai pas trop de peine à communiquer.

«A Amsterdam, les gens sont beaucoup plus tolérants qu’en Suisse»

 

28 juin

Réveil à Amsterdam à l’Apollo Museumhotel. Nous partons déjeuner tout près, au Coffee Roastery. C’est très bon et pas cher. Environ 6 euros pour plusieurs mini croissants et un grand café. Rassasiées, nous entamons une promenade dans la ville. Je remarque d’emblée qu’il y a des vélos partout. Mais, absolument partout! Ils ont la priorité, arrivent en masse, et le pire c’est qu’ils klaxonnent pour un rien.

Romina souhaite aller au musée Van Gogh. Cela ne me tente pas vraiment comme activité pour notre premier jour. Heureusement pour moi, les billets devaient être commandés à l’avance et il n’y avait plus de place. Le mieux est de les acheter sur Internet. L’entrée du musée coûte 15 euros. Nous prenons des tickets pour le lendemain. Pour rester dans le thème «visite», nous optons pour un tour en bateau, qui coûte 15 euros également.

L’après-midi arrive enfin mon activité préférée: se poser et boire un cocktail. Quel bonheur de siroter un mojito quand il fait chaud. Le prix de la boisson est de 10 euros. C’est moins cher que le musée et bien plus amusant!

On se rend ensuite dans un grand marché aux puces, à Waterlooplein. Malgré ce que l’on pourrait croire, il y a des choses magnifiques: habits, peintures, décos, souvenirs... le tout dans une ambiance hyper chaleureuse. Plus tard, Romina me propose de découvrir une chaîne de coffee shops super connue, The Bulldog (ci-dessus), pour voir l’atmosphère qui s’y dégage et boire un verre. Le fait de voir les gens fumer de l’herbe, être aussi à l’aise, alors qu’en Suisse c’est interdit, ça nous a bien étonnées. J’ai pu remarquer par contre qu’il y avait bien plus de touristes que d’habitants de la ville.

Comme il y a trop de monde à l’intérieur, nous nous asseyons sur la rive d’en face, avec nos boissons. Nous passons un super moment de détente.

Place ensuite au souper, au Steak House, où nous nous régalons pour une somme très correcte, d’environ 40 euros, pour deux.

29 juin

Deuxième jour à Amsterdam. Après le petit-déjeuner, c’est l’heure de la visite du musée... Allez, j’y vais! Je tiens une heure, alors que Romina est partie à la découverte de toutes les peintures.

Je décide de l’attendre dehors sur une terrasse en discutant avec deux filles. Elles viennent de Hong-Kong. C’est fou comme cette ville attire du monde de tous les pays, même des plus lointains. Je fais la rencontre également d’un groupe de filles, de Mexico City, venues fêter leur fin d’études. Des habitants aux touristes, tout le monde est super agréable.

Nous mangeons tôt cette fois et décidons de goûter à des snacks traditionnels: les bitterballen. Ce sont des sortes de boulettes panées frites à base de viande. Encore une fois, je ne suis pas déçue par la qualité. Le prix est de 20 euros pour une sélection de plusieurs bitterballen. Tout y est plutôt abordable et moi qui aime bien manger, je me suis régalée.

Après le repas, nous partons pour la partie la plus excitante de notre séjour... Le quartier rouge. Il me tarde de voir la réaction de Romina. Nous nous promenons dans ce quartier où les lumières rouges commencent gentiment à s’allumer.

Les gens semblent habitués à cette prostitution en vitrine et ne réagissent plus. Cela ne nous choque pas non plus en fin de compte. Je me suis aperçue que les Amstellodamois vivent dans une autre échelle de tolérance que la nôtre, en Suisse. Cela m’a fait du bien de ressentir cela.

30 juin

Il est déjà temps de rentrer à la maison. Malheureusement. Nous nous réveillons pour prendre le train du retour. Je suis très triste de quitter Amsterdam. C’était vraiment enrichissant de partir avec une personne que je ne connaissais pas. Et au final, tout s’est très bien passé et j’ai pu apprendre à connaître Romina, avec qui malgré mon appréhension, je me suis bien amusée! Je monte à bord en pensant à cette ville conviviale et à ses habitants ouverts d’esprit et tolérants, qui m’ont fait passer un week-end plein de surprises. J’y retournerai, sans aucune hésitation.

La version de Romina, en allemand, à découvrir sur: www.coopzeitung.ch/amsterdam

Conseils

  • Comment y aller? La manière la plus rapide reste l’avion. Mais en train, on traverse des paysages superbes et on fait des rencontres.
  • Où dormir? Nous avons séjourné à l’hôtel. Mais il y a de nombreuses auberges de jeunesse, à des prix bien plus bas.
  • Où manger? Nous avons testé et approuvé l’Avocado Show (plats à base d’avocats).
  • Où boire un verre? L’Icebar (bar de glace) à Amstel pour un concept givré, très original.
  • Ne pas manquer: l’essentiel se trouve à proximité de la place du Dam. L’atmosphère générale vaut le détour.

Sherife Hamzaj, 22 ans

Apprentie gestionnaire du commerce de détail chez Coop à Château-d’Œx (VD)