X

Recherches fréquentes

Bière
Fribourg

Une Fri-Mousse rafraîchissante

La brasserie fribourgeoise produit des bières artisanales non filtrées depuis plus de 25 ans. Lancée par des passionnés, la Fri-Mousse compte aujourd’hui six employés. Rencontre avec Alain Morand, brasseur autodidacte.

PHOTO
David Marchon
22 juillet 2019

Alain Morand devant les cuves de la Fri-Mousse à Guin.

Si les brasseries artisanales sont à la mode et se multiplient en Suisse, la Fri-Mousse ne date pas d’hier! En 1997, elle était déjà brassée en vieille ville de Fribourg. «Mais il y a une dizaine d’années, nous avons déménagé à Guin car nous avions besoin de plus d’espace», raconte Alain Morand (47 ans), brasseur autodidacte et passionné. Les cuves de la Fri-Mousse se nichent ainsi dans un entrepôt en sous-sol. Il y flotte un parfum de céréales et de houblon les jours de production.

En 2018, un peu plus de 100000 l de bière ont été produits ici. L’époque où Alain Morand brassait des petites quantités dans des casseroles à spaghettis semble lointaine! Car c’est ainsi que tout a commencé, avec une bande d’amis mordus de bières. «On se réunissait pour goûter des bouteilles qu’on ramenait d’Allemagne, d’Angleterre ou de Belgique, qui ont de grandes traditions brassicoles. Après, on s’est mis à en faire pour nous!» Les premiers brassins ont été réalisés dans la cuisine de son associé, Nicolas Dornacher. «A l’époque, les bières artisanales n’étaient pas encore à la mode», se souvient Alain Morand.

Diversité gustative

Les brasseries artisanales ont changé le paysage de la bière en Suisse. «Elles ont fait exploser le carcan gustatif dans lequel l’industrie avait placé la bière, avec uniquement des lager, des blondes», observe le brasseur. «Maintenant, on en trouve une grande variété sur le marché suisse.» Et les consommateurs curieux d’y goûter sont de plus en plus nombreux en Suisse romande.

La brasserie produit ainsi six bières différentes, habillées par une étiquette artistique en noir et blanc. A cela s’ajoutent quelques bières de saison, disponibles en quantité limitée. «Toutes nos bières sont non filtrées: c’est-à-dire qu’on y laisse les levures. Elles restent vivantes et la conservation est plus longue.»

Parmi l’assortiment, deux bières sont disponibles chez Coop: la Barbeblanche (qui fait la couverture de ce numéro) et la Barberousse. Très appréciée l’été sur les terrasses, la première est une bière blanche dans la tradition des Weizenbier allemandes. «Elle est fruitée, rafraîchissante et désaltérante avec un aspect citronné. Peu amère, elle plaît même aux personnes qui ne boivent pas énormément de bière», précise Alain Morand. La Barberousse est une Red Ale, une bière ambrée foncée, dont le goût rappelle un peu le caramel.

Alain Morand nous guide dans la brasserie pour nous expliquer le processus de fabrication. «Quand la fermentation est terminée, on obtient une bière verte, elle n’est pas encore mûre. Il faut lui laisser du temps pour que les goûts s’équilibrent.» Après deux semaines de fermentation, la Barbeblanche patiente encore deux à trois semaines avant d’être mise en bouteilles. Pour la Barberousse, il faut trois semaines de fermentation, plus deux mois d’attente!

Un bar Fri-Mousse à Fribourg

Si la boutique Fri-Mousse dans la vieille ville de Fribourg organise des dégustations, les amateurs pourront bientôt découvrir ces bières à une nouvelle adresse. A la fin de l’été, la brasserie ouvrira son bar dans le quartier de la cathédrale. Son nom: «La Muse». Celle qui inspire les poètes... et les brasseurs!

Retrouvez les bières Barbeblanche et Barberousse dans les points de vente Coop du canton de Fribourg, au prix de 16 fr. 95 le carton de quatre.

 

Retrouvez les portraits des brasseurs

de vos régions