X

Recherches fréquentes

Le défi du goût face à la maladie

Entre écœurement et perte de goût, il est souvent difficile de manger lorsque l’on est atteint d’un cancer. Témoignage, conseils et recette.

PHOTO
Nicolas de neve
19 août 2019

La Jurassienne Valérie Schori-Pic, qui a eu un cancer du sein, salue les ateliers culinaires d'aide aux patients.

Concocter des bouillons, fabriquer du fromage ou élaborer un cake au citron, un agrume dont elle raffole: autant de spécialités que Valérie Schori-Pic, de Boécourt (JU), aime réaliser chez elle. Mais lorsqu’elle a dû faire face à un cancer du sein, les traitements l’ont privée du plaisir de cuisiner et de manger. «Il y a eu plusieurs phases, du dégoût à une sensation de métal dans la bouche, en passant par la perte du goût», se souvient-elle.

Pour aider les patients qui vivent ces situations, l’Hôpital du Jura et la Ligue jurassienne contre le cancer offrent un atelier, quatre heures durant. Les groupes cuisinent ensemble, découvrant recettes et astuces afin de se nourrir au mieux durant la maladie: «Ça aide vraiment, j’ai appris beaucoup de choses, notamment sur les vertus des herbes pour apaiser des effets secondaires», affirme la Jurassienne.

L’influence de la chienne Jodie

Sur un mur de sa cuisine, on lit cette pensée sur une ardoise: «L’instant présent cache des trésors.» Valérie Schori-­Pic se porte très bien aujourd’hui. Cette amatrice de marche, de natation et de yoga vit de manière plus spontanée qu’auparavant: «J’aimais bien tout anticiper et tout gérer avant le cancer. Maintenant, je me dis advienne que pourra.» La maladie a été une épreuve pour elle, mais aussi pour ses proches, à commencer par son mari, Florent, et ses filles, Léa et Julie, adolescentes au moment du diagnostic, en juin 2016. «Elles ont grandi d’un coup. Durant cette période, nos liens se sont encore resserrés.»

Ce vendredi, Valérie cuisine un tzatziki revisité, une préparation qu’elle a apprise à l’atelier. Toute la famille s’en régale, sous les yeux envieux de Jodie, berger australien. La chienne a aidé sa maîtresse à consulter rapidement. C’était au printemps 2016, lorsque Valérie ressentait une gêne sous le bras et beaucoup de fatigue. Elle hésitait à anticiper un rendez-­vous médical, prévu en août. Dès qu’elle se couchait sur le canapé pour se reposer, Jodie aboyait vers la tumeur et retirait sa couverture: «Elle me montrait que quelque chose n’allait pas. J’ai pris un rendez-vous et tout s’est enchaîné.»

Une aide familiale essentielle

Entre chimiothérapie, tumorectomie (opération durant laquelle un chirurgien a enlevé sa tumeur) et radiothérapie, presque un an est passé. «Tout était chamboulé, ça a été dur physiquement et psychiquement.» Elle a pu compter sur l’aide de sa famille pour cuisiner, assurer le ménage, se faire conduire à l’hôpital: «Je remercie encore les miens.» Et s’est fait livrer les courses.

Au début, elle avait envie de rester cloîtrée chez elle. Puis a réalisé que ce n’était pas la solution. Alors elle sortait faire quelques pas. Probablement gênées ou apeurées par sa transformation physique, certaines personnes ont détourné la tête afin de ne pas devoir la saluer: «L’ignorance, ça fait mal.» Peu importe le passé, elle savoure désormais chaque journée comme un cadeau.

Le prochain atelier culinaire d’aide aux personnes atteintes d’un cancer aura lieu le 13 novembre à 16h à l’Hôpital du Jura, site de la Promenade à Delémont. Infos et inscriptions: 032 422 20 30

 


Tzatziki revisité à la menthe poivrée

Pour 4 personnes
Recette de Vite fait Bienfaits, où s'est formé Pascal Jornod

Ingrédients

  • ½ concombre
  • quelques brins de ciboulette, ciselée
  • ½ gousse d’ail, hachée très fin
  • 2 yogourts à la grecque nature
  • sel et poivre
  • le jus d’½ citron
  • 1 cc d’huile d’olive
  • quelques brins de menthe poivrée, hachée

Préparation

Eplucher le demi-concombre, le râper dans un saladier et éliminer le jus en vous aidant d’une étamine ou d’une cuillère. Ajouter la ciboulette et l’ail. Intégrer les yogourts. Ajouter le sel, le poivre, le jus de citron (à éviter en cas d’aphtes, mucite ou gingivite), l’huile d’olive et la menthe poivrée. Réserver au réfrigérateur et servir très frais. Plus vous réservez au froid longtemps, plus le goût de la menthe poivrée sera fort.