X

Recherches fréquentes

SAVEURS
Pâtisserie

Le cheesecake donne le sourire

Servi à l’origine aux athlètes grecs des Jeux olympiques et devenu aujourd’hui un dessert roi aux Etats-Unis – où il a même son propre jour de fête –, le cheesecake se décline à l’infini.

TEXTE
PHOTO
Alain Intraina
12 août 2019

Il suffit que j’entende le mot cheesecake, véritable institution au pays de l’Oncle Sam, pour avoir l’eau à la bouche, sourire et me retrouver projetée à New York.

Aujourd’hui très populaire aux Etats-Unis, ce dessert possède des origines bien plus anciennes que le Nouveau-­Monde. Le premier gâteau au fromage remonte en effet à la Grèce antique où, semble-t-il, on le préparait à l’occasion d’événements, comme les Jeux olympiques et les cérémonies religieuses.

Sucré au miel et aromatisé avec des feuilles de laurier, ce dessert est ensuite passé aux mains des Romains, qui ont adapté la recette à leurs goûts. L’ancêtre du cheesecake est arrivé sur le sol anglais par mer avant d’embarquer, à nouveau modifié, avec les immigrés jusqu’aux Etats-Unis où il fit fureur, au point qu’une journée lui est désormais spécialement consacrée: le 30 juillet généralement.

La version la plus célèbre de nos jours, avec un fond croquant et un mélange à base de fromage à la crème, doit son ingrédient principal à James L. Kraft (1874–1953), qui a créé le fromage qui s’est fait connaître par la suite sous le nom de Philadelphia. La préparation de ce dessert prévoit un passage au four et un autre au frigo.

Il existe bien sûr de nombreuses autres variantes, y compris celle qui ne prévoit pas de cuisson au four (voir la recette ci-contre) – ce qui n’est pas négligeable en ces temps de canicule!

Pour celles et ceux qui souhaitent élaborer une version allégée, misez sur des ingrédients tels que le skyr, le séré maigre ou les fromages light.

Varier les plaisirs

On peut intervenir sur le fond, composé de biscuits et de beurre fondu. Pourquoi pas en optant pour une version servie en verrine (voir en photo); une solution qui permet de ne pas mélanger les biscuits et le beurre, puisqu’il est inutile de couper le gâteau en tranches.

La variante «portions individuelles» est une bonne idée si l’on recherche une présentation plus joyeuse, du genre café gourmand, cependant rappelons-nous deux choses: la première, c’est que cela vous demandera plus de temps; la seconde, il vous faudra être attentif aux ustensiles employés. Les petits moules à muffins en papier, par exemple, ont une fâcheuse tendance à céder avec l’humidité. Il convient donc d’utiliser le bon moule si l’on ne veut pas qu’ils se déforment. Pour démouler facilement, il suffit de laisser les gâteaux une demi-heure au congélateur et le tour est joué!

A vous d’agrémenter le dessert avec ce qui vous tente le plus, avec par exemple des fruits, de la confiture, un savoureux coulis ou du chocolat fondant… Le résultat ne sera peut-être pas à la hauteur de ce que les puristes nomment cheesecake, mais l’important, c’est de se faire plaisir!


Recette sans cuisson au four

Pour un moule à charnière de 22 cm de Ø

Ingrédients

Pour le fond

  • 200 g de biscuits Digestive
  • 100 g de beurre

Pour la garniture

  • 600 g de ricotta
  • 250 g de Philadelphia
  • 5 cs de sucre
  • 50 g de lait
  • 4 feuilles de gélatine (8 g)

Préparation: émietter les biscuits au mixeur, les mélanger au beurre préalablement fondu au bain-marie. Mettre le tout dans un moule à charnière tapissé de papier sulfurisé, aplanir, puis laisser reposer 20 min environ au réfrigérateur. Dans un bol, mélanger la ricotta, le Philadelphia et le sucre au fouet du batteur électrique. Mettre le lait à tiédir, puis faire fondre la gélatine dedans, préalablement ramollie à l’eau froide et égouttée. Ajouter la crème et bien mélanger. Mettre la crème sur le fond de biscuits, bien aplanir, puis recouvrir d’un film alimentaire, placer le gâteau au réfrigérateur 5 h au minimum. Pour mieux le démouler, le mettre au congélateur 30 min environ. Décorer avec des fruits, de la confiture ou du coulis et servir bien froid.

 

A lire aussi: