X

Recherches fréquentes

Parrainage Coop

Une fête pour l'alpage

En achetant les petits pains du 1er Août, vous soutenez la rénovation de l’alpage Frid, dans le Haut-Valais. Tout là-haut où travaille la famille Kempf.

PHOTO
Thomas Andenmatten
22 juillet 2019

Coup d’œil sur le majestueux Eggerhorn, à 25 km au nord-est de Brigue. Sur une crête à près de 1800 m d’altitude trône l’alpage Frid, lové dans un décor de toute beauté et riche d’une longue histoire. Le dernier assainissement de l’alpage remonte à 1960. A l’époque, une nouvelle étable avec fosse à purin avait été construite et la maison réservée au personnel rebâtie. On avait même installé un lactoduc qui acheminait le lait dans la vallée jusqu’à Ernen (VS). A l’époque, l’alpage était considéré comme l’un des plus modernes du pays. Mais après plus de 60 ans, il est temps de lui donner un coup de jeune. Franz Kempf (57 ans), sa femme Lisbeth (50 ans) et leur fils Ivo (14 ans) passent l’été là-haut avec leurs employés Heidi (30 ans) et Eli (54 ans). Et cela depuis douze ans. Ils étaient autrefois accompagnés de leurs trois fils aînés, âgés aujourd’hui entre 17 et 23 ans. Une histoire de famille, donc!

Actuellement, l’étable ne répond plus aux exigences légales en matière de bien-être animal et de protection des eaux. Les 105 vaches laitières estivées trois mois sur l’alpage ne sont pas les seules à souffrir de l’infrastructure vétuste. Le mauvais état de l’étable et de l’habitation pèse aussi sur le personnel.

Des rénovations nécessaires

«Dans la maison, les sols sont froids et la cuisine humide», explique Lisbeth Kempf. Le toit n’est plus vraiment étanche et le système de conduites d’eau pose souvent problème. Il est donc urgent d’intervenir. Le président de la coopérative d’alpage régionale, Andreas Schwery (56 ans), connaît d’ailleurs parfaitement le problème: «Certes, l’étable est la priorité, mais assainir toute l’infrastructure permettrait de la pérenniser et de retrouver un bon standard.» Car l’alpage Frid est l’un des plus attractifs du Haut-Valais grâce à sa facilité d’accès et à sa situation. Sans compter que la bonne herbe des prairies verdoyantes fait meugler de plaisir les vaches. C’est une évidence alpine: ces excellentes conditions d’alimentation garantissent un lait particulièrement aromatique. La fromagerie Aletsch-Goms, toute proche, l’utilise d’ailleurs pour fabriquer de délicieux fromages d’alpage et un raclette AOC de derrière les fagots.

De plus, l’estivage des vaches est fondamental pour les agriculteurs: pendant cette période, ils peuvent se consacrer aux travaux de récolte et d’irrigation à venir.

Les travaux d’assainissement sont donc un passage obligé et un heureux hasard pourrait faire avancer les choses. Franz Kempf n’est pas seulement un armailli passionné. Le reste de l’année, il travaille comme contremaître en bâtiment à la coopérative agricole d’Uri et son domaine de spécialisation n’est autre que la conception d’étables laitières. Cela tombe bien. Qui mieux que lui connaît les besoins d’assainissement de l’alpage Frid? Il pourra coordonner les travaux.

Selon ses propres termes, son emploi lui permet de «concilier vie professionnelle et passion». Les longues journées de travail, de 4 h 00 du matin à 20 h 00, ne le rebutent pas mais agissent au contraire sur lui comme un élixir de vie.

«Trouver du personnel d’alpage compétent n’est pas chose aisée, remarque Andreas Schwery, à la tête de la coopérative d’alpage régionale. C’est une aubaine de pouvoir compter depuis des années sur la famille Kempf et de profiter du savoir-faire de Franz!»

Des fonds à trouver

«Nous nous sommes bien débrouillés jusqu’à maintenant, ajoute Andreas Schwery. Mais les coûts budgétés pour redonner à l’alpage des perspectives d’avenir durables flirtent avec le million de francs!» Des fonds ont été versés par la coopérative d’alpage, la Confédération, le canton et la commune. Pourtant, il manque encore 380 000 francs. C’est là qu’intervient le Parrainage Coop pour les régions de montagne. C’est Matthäus Schinner (54 ans), conseiller du Centre agricole de Viège (VS) qui l’a sollicité. «L’alpage Frid est un projet à fort potentiel auquel nous devons absolument nous associer», se réjouit Bruno Cabernard (55 ans), le directeur du Parrainage Coop.

C’est pourquoi le produit de la vente des petits pains du 1er Août chez Coop sera intégralement affecté aux travaux d’assainissement de l’alpage Frid (voir encadré p. 29). Et mieux encore: Coop doublera le montant des dons récoltés. Ce beau projet rendra les fameux petits pains encore plus savoureux. Alors n’hésitez pas à vous faire plaisir! 

Coup de pouce

Petits pains et compagnie

En achetant des produits de boulangerie et de charcuterie du 1er Août, vous soutenez l’alpage Frid. Ils seront proposés jusqu’au 2 août dans tous les magasins Coop:

Petit pain du 1er Août bio, 80 g
Sur 1 fr. 20, votre don est de 20 centimes.

Petit pain du 1er Août bio, 400 g
Sur 3 fr. 60, votre don est de 40 centimes.

Fromage de montagne des Grisons bio Pro Montagna, 100 g
Sur 2 fr. 45, votre don est de 20 centimes.

Cervelas du 1er Août, 100 g 
Pour 10 pièces à 8 fr. 95, votre don est de 50 centimes.

Le montant récolté sera doublé par Coop et reversé intégralement à l’alpage Frid par le biais du Parrainage Coop pour les régions de montagne. De plus, Coop propose avec le label Pro Montagna un vaste choix de spécialités de montagne. En achetant ces produits, vous soutenez également l’action du Parrainage Coop!