X

Recherches fréquentes

Une fondue au sommet

Déguster le plat national à la montagne, en pleine nature, ça vous dit? Didier Ambühl ouvre la marche dans les Préalpes fribourgeoises.

PHOTO
Darrin Vanselow
28 juillet 2019

Un réchaud en kit, un caquelon, un brûleur, des fourchettes… Le tout entre sans problème dans le sac à dos. Nous sommes aux Paccots (FR), à l’office du tourisme. La directrice, Sophie Reymond, nous confie le matériel: c’est parti pour un sentier gourmand!

Forfait pour un repas

Depuis l’été dernier, L’Epicurien, un joli itinéraire balisé de 6,5 km, guide les randonneurs entre Rathvel et le sommet du Niremont. Pour 25 fr. par personne, un forfait inclut une planchette du terroir à la buvette de Rathvel et une meringue à la crème double à la cabane du Petit Oiseau.

Entre les deux? Une fondue moitié-moitié à préparer soi-même au cœur de la nature, grâce au mélange maison de Christophe Dumas, de la laiterie de Châtel-Saint-Denis.

Cette offre, qui existe depuis un an, est l’un des coups de cœur de Didier Ambühl, dont la maison d’édition a récemment publié le guide Balades gourmandes en Suisse romande. Les auteurs, dont il fait partie, suggèrent aux lecteurs une quinzaine d’itinéraires, ponctués de bons plans pour les papilles. Installé aux Paccots depuis douze ans, le Vaudois d’Echallens a eu l’idée d’éditer des ouvrages de randonnées au fil de marches en famille: «On se fixe souvent une buvette d’alpage comme but, c’est une bonne manière de se motiver», sourit cet amateur de bonne chère, de bières artisanales, de musiques actuelles, de moto et de hockey sur glace.

Une parenthèse paisible

Le quadragénaire nous conduit d’un pas assuré au sommet du Niremont. Nous croisons un groupe d’enfants en colonie, puis un moniteur en train de cacher les indices en vue d’une chasse aux trésors… La balade est paisible, animée au son des cloches de vaches.

Les papillons volent au-dessus des nombreuses fleurs des pâturages. Le sommet pointe à l’horizon: il culmine à 1514 mètres. Tout autour, un splendide panorama, incluant le Léman et le Moléson. La montée nous a ouvert l’appétit. On sort le fromage, le pain, le vin blanc et tout l’outillage… Le réchaud est vite monté, la moitié-moitié bientôt onctueuse: le temps s’arrête.