X

Recherches fréquentes

SAVEURS
BONS BAISERS DE PARIS

Virée à Paris: joyaux pâtissiers

Vous vous apprêtez à passer le Nouvel-An dans la Ville Lumière ou vous y rendrez prochainement en week-end? Régalez vos yeux et vos papilles grâce à l’excellence de la pâtisserie française.

PHOTO
Laurent Fau
30 décembre 2019

Une tarte pistache signée Yann Couvreur.

La pâtisserie est à l’évidence une passion française si on en juge par le nombre de pâtisseries au mètre carré parisien et le dynamisme actuel des ouvertures de microboutiques en la matière. Mais la pâtisserie est aussi le luxe le plus accessible et – il faut bien le dire – le plus irrésistible.

Si vous programmez un petit voyage prochainement dans la capitale française, l’une des trois boutiques de Yann Couvreur doit faire absolument partie de vos haltes. Vous le connaissez peut-être déjà car sa formation solide dans des palaces l’a conduit à faire partie des jurés de l’émission «Top Chef», son inventivité à organiser des master class du plus ébouriffant des pâtissiers franco-suisses: Amaury Guichon.

Dans ses boutiques, Yann Couvreur joue les ayatollahs et fabrique en 50 exemplaires, pas un de plus, ce qu’il appelle des «fugues pâtissières»: un millefeuille minute qu’il refuse de laisser emporter, il faut donc se résoudre à le consommer sur place, et c’est une pure tuerie: arlettes cannelées fines et friables comme du cristal, crème diplomate aérienne d’anthologie à la vanille de Madagascar. A l’emporter, tout le reste de la boutique: la tarte au citron au shiso est remarquable, sucrée au plus juste, avec son cœur en meringue et ce petit goût de shiso– on prononce chisso – venu d’ailleurs, du Japon plus précisément. Les éclairs marron cassis, mokanis ou chocolat tonka sont top aussi, ses babas tout autant.

Sirops, crèmes, compotées et fruits frais caractérisent les babas de Yann Couvreur.  

Et la «merveille»: un rocher praliné, fleur de sel, noisettes, est un must sans gluten, sans arôme ni conservateur. Alors si la période des soldes n’a pas encore commencé, réservez-vous… mais craquez pour le croquant millefeuille de Yann Couvreur.

Amaury Guichon, le Franco-Suisse de Las Vegas

Avec 2 millions d’abonnés sur Instagram, il est l’un des six pâtissiers les plus connus dans le monde, grâce à ses pâtisseries en trompe-l’œil phénoménales, en particulier celles en chocolat. Basé à Las Vegas où il vient d’ouvrir cette année son Ecole de Pâtisserie, il donne des master class partout dans le monde et notamment à Paris chez Yann Couvreur, que les apprentis dans le métier s’arrachent. Alors s’il n’est pas facile de goûter à ses créations, on peut au moins se régaler des yeux, avec son livre «The Art of Flavor – Voyage gourmand» (Editions Umami), lui qui justement explique penser d’abord design avant goûts et textures, car dit-il «la pâtisserie, on la mange des yeux d’abord».

Les autres monuments pâtissiers à ne pas manquer

En matière de pâtisserie, faut-il encore présenter Pierre Hermé, et son légendaire gâteau Ispahan; Angelina, son chocolat chaud et son Mont-Blanc; Ladurée et ses macarons. Ajoutons à ces incontournables la Pâtisserie des Rêves, la toute nouvelle boutique de Cédric Grolet, meilleur pâtissier du monde en 2017, avenue de l’Opéra et toujours au Meurice pour l’art des fruits, et les boutiques façon pop-up stores «Fou de Pâtisserie».