X

Recherches fréquentes

SAVEURS
VINS

Des vignes en ville

De Paris à Vienne, de Naples à Bellinzone, voici quelques-uns des vignobles urbains les plus caractéristiques d’Europe, qui témoignent du passé.

PHOTO
Getty Images
06 mai 2019

Des vignes en plein milieu des immeubles, des tracteurs dans les rues du centre, des paysans armés de ciseaux qui discutent avec des employés en costume. Dans certaines villes d’Europe, la campagne viticole se mêle littéralement à l’agglomération, comme à Naples ou à Vienne. Le Clos-Montmartre, vignoble appartenant à la mairie de Paris, est la plus célèbre des vignes en ville. Un peu plus d’un hectare, situé derrière la basilique du Sacré-­Cœur. Sa création date du XIe siècle, époque à laquelle ont été mis en jachère les premiers cépages des moines bénédictins. Il est ensuite tombé dans l’oubli du XVIIIe au XXe siècle, avant d’être redécouvert dans les années 1930. De nouveaux cépages ont alors été plantés, dont les classiques pinot noir et gamay. Depuis la première vendange de l’époque, le quartier célèbre chaque année, au mois d’octobre, la Fête des vendanges de Montmartre.

De Vienne à Naples...

La taille du vignoble viennois est bien plus imposante: il recouvre une surface totale d’environ 700 hectares, ce qui fait de Vienne la première ville plantée en vignes d’Europe. Situé en banlieue, sa proximité avec les logements pourrait laisser croire que ses vins sont médiocres, alors que la sensibilité écologique des viticulteurs locaux (plus de 30% travaillent selon des critères biologiques) et l’attention qu’ils portent à la qualité sont surprenantes. Les vins blancs sont la spécialité de la région et montent régulièrement sur le podium lors des concours œnologiques, mais les vins rouges de cépages zweigelt et saint-laurent sont tout aussi remarquables. Si l’occasion se présente, goûtez le Wiener Gemischter Sazt, élaboré à partir de plusieurs cépages cultivés sur une même parcelle. Cela en vaut la peine.

L’endroit idéal pour déguster ces nectars est l’Heuriger, une taverne dont les clients au Moyen Age buvaient jusqu’à 120 litres de vin par an, six fois plus que la consommation actuelle. On reconnaît l’authenticité d’un local à ses brins de pin accrochés à l’enseigne pour indiquer qu’il est ouvert. Ne le cherchez pas au milieu des immeubles. Les plus populaires sont à la lisière des bois où Sissi avait l’habitude de faire du cheval. Après les assauts des Turcs, en 1529 et en 1683, et la grande reconstruction du noyau urbain, les tavernes furent déplacées du centre à la campagne.

Le second vignoble urbain le plus grand d’Europe se trouve à Naples. Il existe au moins 200 hectares de vignes et chaque rangée, d’une grande beauté, se mêle au tissu urbain, plonge ses racines dans le sol lavique et respire l’air de la mer. Pour les admirer, on peut se rendre à l’ouest du centre historique, sur les collines résidentielles de Posillipo ou face au Cratere degli Astroni, un volcan éteint. Les cultivars les plus répandus sont également les plus vieux: piedirosso, aglianico, olivella, sciascinoso, falanghina, greco, coda di volpe, catalanesca, biancolella et forastera. Certains sont fameux, d’autres très rares et servis au détail dans les bistrots.

... en passant par Bellinzone

Arrêtons-nous maintenant sur les beaux vignobles châtelains de Bellinzone. Une partie d’entre eux est protégée par les remparts de Castelgrande, l’autre se situe face au château de Montebello. Les terrains appartiennent à l’Etat, les raisins sont cultivés et vinifiés par l’Azienda agraria cantonale de Mezzana qui les met en bouteilles sous l’étiquette «Castelli di Bellinzona Ticino DOC Merlot». Comme dans les autres villes, les vignes sont l’un des derniers témoignages tangibles de l’espace agricole qui rythmait jadis le paysage urbain.