X

Recherches fréquentes

SAVEURS
VINS

En marge de la Fête des Vignerons

Nous vous invitons à visiter deux expositions qui font écho à la Fête des Vignerons. Rendez-vous à la Maison du Dessin de Presse de Morges et à l’Alimentarium de Vevey.

PHOTO
Bassam Jreidi
15 juillet 2019

Ce dessin d'André Paul (1919-2018) est présenté parmi cent autres à la Maison du Dessin de Presse, à Morges.

C’est parti! Du 18 juillet au 11 août à Vevey, on vivra au rythme de la Fête des Vignerons. En marge du spectacle et des nombreuses animations qui se dérouleront chaque jour en ville, plusieurs institutions culturelles déclinent la vigne et le vin à leur manière. L’occasion de s’offrir une respiration, au frais, entre quatre murs.

A la Maison du Dessin de Presse de Morges, qui a 10 ans cette année, André Paul est à l’honneur. Né au Locle à la fin de l’année 1919, Paul-André Perret s’est installé à Lausanne trente ans plus tard. Son histoire d’amour avec le canton de Vaud a alors commencé. Il a œuvré comme dessinateur de presse sous le pseudonyme d’André Paul pour plusieurs journaux et magazines de Suisse romande. En parallèle, il a illustré une quarantaine de romans policiers San-Antonio, signés Frédéric Dard.

Sous le titre Dessins de pressoir, pas moins de cent dessins d’André Paul sont exposés à Morges jusqu’au 27 octobre prochain. Vous y sourirez assurément, notamment face à un jovial vigneron vaudois, de la tête aux ripatons, en passant par la chenautse (moustache)… L’occasion d’enrichir son vocabulaire!

Mieux connaître le liège

Après cette halte colorée et tendre, rejoignez Vevey, à une trentaine de kilomètres de Morges. Au bord du Léman, l’Alimentarium se consacre à la vigne et aux métiers qui l’entourent jusqu’au 30 septembre, dans le cadre de l’exposition L’aliment a un visage.

Des apprentis céramistes ont travaillé sur les contenants.

La levée du liège sur l’arbre est détaillée grâce à une borne interactive, devant une vitrine montrant divers types de bouchons et de tire-bouchons, des outils qui seraient apparus au XVIIe siècle. On apprend que l’écorce du chêne-liège, dont sont faits les bouchons, se régénère. Un spécialiste, le leveur, la retire au moyen d’une hache, en cinq étapes, entre mi-mai et fin-août. La moitié de la production se trouve au Portugal. Un arbre dont on utilise l’écorce absorbe jusqu’à cinq fois plus de CO2 pendant sa période de régénération qu’un chêne-liège qui n’est pas exploité.

Une boîte isotherme en liège d'Espagne.

«Ce qui est intéressant à propos des bouchons, c’est qu’avant l’opération de bouchage, tous sont des cylindres. La forme de champignon du bouchon de champagne s’obtient sous l’effet de la pression du gaz à l’intérieur de la bouteille», informe le conservateur Nicolas Godinot.

Le vin des accouchées

Longtemps durant, on servait du vin à celles qui venaient d’accoucher, afin de calmer la douleur, fortifier le corps et refaire le sang. «C’était le plus souvent de l’humagne blanc, un vin qui s’est avéré être un peu plus riche en fer que d’autres cépages», souligne Nicolas Godinot. Autres contrées, autres femmes: l’histoire des veuves devenues patronnes en Champagne est mise en lumière. La veuve Clicquot, Barbe-Nicole Clicquot- Ponsardin (1777-1866), a été la première à gérer une maison de champagne. Louise Pommery (1819-1890) a créé la première caisse de retraite pour son personnel.

Quant à Elisabeth Bollinger (1899-1977), qui a fait rayonner son entreprise jusqu’aux Etats-Unis, elle répondait avec humour aux journalistes à propos de son champagne: «J’en bois quand je suis heureuse et quand je suis triste. Parfois j’en bois quand je suis seule. Si j’ai de la compagnie j’estime que c’est mon devoir (…) Sinon, je n’y touche jamais, sauf si j’ai soif.»

Tantôt bu, tantôt offert aux dieux, le vin tient une place de choix dans la société depuis son apparition il y a des milliers d’années. Si l’alcool a été perçu positivement jusqu’au milieu du XIXe siècle, on a ensuite peu à peu pris conscience de ses dangers pour la santé. Equipé de lunettes déformantes, testez à ce propos le simulateur d’ivresse. L’occasion de se rappeler pourquoi le vin se déguste avec modération.