X

Recherches fréquentes

L'homme à la bouteille bleue

Motivé par les défis techniques, l’audacieux Reynald Parmelin voit la vie en bleu. Rencontre à Begnins avec ce pionnier de la viticulture bio dans le canton de Vaud.

PHOTO
Valentin Flauraud
25 février 2019

Le vigneron-encaveur Reynald Parmelin produit 18 nectars en biodynamie.

Dehors, la taille des vignes touche à sa fin. En cave, l’heure est aux essais d’assemblages et aux premières mises en bouteilles des vins du millésime 2018. Qui promettent de régaler: le raisin a bénéficié d’un ensoleillement de choix l’été dernier. Nous sommes sur la Côte. Au sein de son domaine La Capitaine de Begnins, Reynald Parmelin (53 ans) cultive vingt cépages en biodynamie, sur 22 hectares.

La taille du vignoble, qui compte vingt cépages, touche bientôt à sa fin.

Depuis cinq ans, l’exploitant mise sur deux prairies fleuries. En plus de permettre aux espèces de la région de se multiplier – marguerite, knautie, sauge des prés ou brome dressé – ces parcelles favorisent la présence d’insectes utiles à la vigne, car ils mangent les nuisibles. Mi-juin, elles seront fauchées tôt le matin, puis ensemenceront le vignoble de fleurs locales.

Issu d’une famille de vignerons de Bursins, Reynald Parmelin en représente avec son frère Yvan (55 ans), vigneron-encaveur lui aussi, la huitième génération. L’entrepreneur de La Capitaine est engagé sur la voie du bio depuis ses débuts à la tête d’un vignoble, en 1994. C’était à l’époque un pionnier dans le canton de Vaud: «On me disait que mes vins ne seraient pas bons en bio. J’ai voulu prouver le contraire», se souvient celui dont l’exploitation est dotée du Bourgeon de Bio Suisse depuis 1994 et du label Demeter depuis 2010. Mission accomplie: sa clientèle en redemande. Et ses cuvées décrochent de nombreuses récompenses, dont le prix du vin bio au Grand Prix du Vin Suisse, à cinq reprises!

Loin du vigneron barbu en soccolis

Employée de commerce, Susanne Parmelin travaille à La Capitaine avec son mari.

Marié à Susanne (50 ans), il est père de deux garçons de 20 et 19 ans. Johann, l’aîné, se destine au métier. A La Capitaine, Reynald Parmelin travaille à l’année avec son épouse ainsi qu’avec deux collaborateurs: «Je tiens à garder les deux pieds dans la vigne et dans la cave, au nom de la qualité. Le bio, c’est hyper pointu.»

De la viticulture en harmonie avec la nature, il a voulu montrer le côté technique et créatif depuis ses débuts, afin de casser une image qui lui déplaisait, «celle d’un vigneron avec une grande barbe et des soccolis, qui produit du vin dans de vieilles bouteilles avec un parchemin par-dessus!» Il s’est équipé d’outils technologiques, comme une station météo. Toutes les 12 minutes, celle-ci livre des paramètres, comme l’humidité de l’air ou du feuillage: «Un programme informatique traite ces données et nous donne de précieuses indications concernant les maladies de la vigne.»

«Tu es fou, le Welsche!»

En 1995, il innove, en décidant de présenter ses vins dans des bouteilles en verre… bleu, teinté au cobalt – à noter qu’il s’agit de les jeter dans le compartiment du verre vert des conteneurs de recyclage.

Son choix culotté – il hésite pendant six mois avant d’oser – finit par servir de carte de visite du domaine. Son ami et maître d’apprentissage Werner Hohl, un vigneron de Stäfa, au bord du lac de Zurich, où il a appris le métier et le suisse allemand en 1982, le taquine avec cette bouteille bleue. Il lui dit: «Tu es fou, le Welsche!» Avant de venir lui présenter un jour une bouteille rouge grenat pour laquelle il avait opté! Reynald Parmelin réplique: «Tu es pire que moi!»

Chasselas, gamaret et merlot sont les principaux cépages de La Capitaine. Les vins sont produits dans une soixantaine de cuves en inox, d’amphores et de barriques, dans lesquelles les récoltes de chaque parcelle sont séparées. «Nos vignes sont situées dans une zone de 5 km. Il y a des microclimats différents», explique le viticulteur. Un même cépage de deux endroits ne sera pas prêt en même temps. Cette façon de faire permet de mettre en bouteilles le bon vin au bon moment.

Reynald Parmelin observe que les consommateurs se posent de plus en plus de questions sur ce qu’ils boivent. Heureux d’en parler avec eux, il leur propose des animations. Chacun peut par exemple remplir, boucher et étiqueter ses bouteilles: alignement aléatoire, bonne humeur assurée!

Deux assemblages de La Capitaine chez Coop

 

Naturaplan bio Demeter Cuvée Noble Blanc La Capitaine La Côte AOC

Un assemblage de chardonnay, pinot blanc et pinot gris, doté d’une belle expression aromatique. A déguster en apéritif ou avec un poisson. 21 fr. 95/75 cl, dans les grands points de vente Coop

Naturaplan bio Cuvée Noble Rouge La Capitaine La Côte AOC

Légèrement barriqué, cet assemblage de cabernet sauvignon, gamaret et merlot est bien structuré. A déguster dès maintenant ou à laisser vieillir. 24 fr. 95/75 cl, dans les grands points de vente Coop

Ces vins sont également disponibles sur Mondovino