X

Recherches fréquentes

Les lauréats du Grand Prix du Vin Suisse 2019

Située à Tolochenaz (VD), la Cave de la Côte a été élue Cave suisse de l'année le 24 octobre, lors d'un grand gala organisé à Berne. Avec 3254 vins présentés, le Grand Prix du Vin Suisse a enregistré un record!

PHOTO
Peter Mosimann
28 octobre 2019

Les représentants de la grande gagnante de l'année 2019, la Cave de la Côte: de gauche à droite le maître caviste Fabien Coucet, l'œnologue responsable Rodrigo Banto, le directeur technique Gilles Cornut et le directeur Julien Hoefliger.

«Sans le travail de nos vignerons, nous n’aurions jamais atteint ce niveau de qualité», a insisté le directeur de la Cave de la Côte Julien Hoefliger, en leur dédiant le prestigieux titre de Cave de l’année remis jeudi dernier à Berne lors du Gala du Grand Prix du Vin Suisse. Située à Tolochenaz (VD), celle-ci l’a remporté pour la première fois de son histoire. L’œnologue Rodrigo Banto et son équipe ont obtenu les deux premières places des chasselas, avec leurs crus «Coteau d’Aubonne» et «Luins la Bravade», tous deux issus de la gamme «Esprit Terroir».

Le concours, organisé par l’association Vinea et le magazine spécialisé Vinum, a été marqué par une participation record: pas moins de 3254 vins provenant de 544 caves étaient inscrits cette année au Grand Prix du Vin Suisse.

La tâche a donc été colossale pour les dégustateurs. A l’issue des six journées de dégustation qui se sont tenues fin juin à Sierre, quelque 373 médailles d’or et 581 médailles d’argent ont été décernées. Les 80 meilleurs crus sélectionnés dans les treize catégories proposées ont été nominés pour participer à la grande finale à Berne. Tous les vignerons appelés un à un à monter sur scène représentent l’élite suisse en la matière. Il y a pourtant eu quelques surprises, comme dans la catégorie des vins rosés et blancs de noirs: c’est en 1996 seulement que Stephan Martin a quitté sa profession de mécanicien de précision pour embrasser celle de vigneron après avoir repris l’exploitation familiale à Ligerz (BE). Pour sa première participation à la finale de ce concours, il arrive 1er de la catégorie avec son œil de perdrix, un vin AOC Lac de Bienne.

La performance de Nina Wägeli, qui a repris en 2018 le domaine viticole de ses parents à Buch bei Frauenfeld (TG), apparaît moins inattendue: il y a trois ans, son cru «Hüttwiler Renaissance» avait failli être primé. Cette année, il est 1er de la catégorie müller-thurgau (riesling- silvaner). A noter que la Neuchâteloise Cave des Coteaux est 3e de celle-ci.

Mousseux et vin bio du Valais au top

Dans la catégorie des vins mousseux, la Cave du Tunnel de Conthey (VS), fondée par Jacques Germanier, monte pour la première fois tout en haut du podium avec le «Brut Millésime Blanc de Blancs».

Le «Prix Bio» a été attribué cette année à la malvoisie flétrie de la Cave Caloz de Miège, située en Valais, qui a rappelons-le gagné le titre de «Vigneron bio de l’année» en juin. Le «Prix Bio» a été remis des mains de Jan Schwarzenbach, Master of Wine au département vins de Coop. Ce diplômé en agronomie a souligné l’engagement des vignerons bio, estimant par ailleurs que si la viticulture bio était promise à un avenir certain, elle devrait faire l’objet d’un développement d’ampleur, comme la viticulture conventionnelle.

Déjà nominé à plusieurs reprises lors des éditions précédentes, Beat Felder, qui exploite le domaine viticole Mariazell à Sursee, dans le canton de Lucerne, s’est cette fois-ci hissé sur la première marche du podium dans la catégorie des assemblages blancs. Il a su séduire avec son cru «J Muscat Sec», un assemblage peu ordinaire de muscat Oliver et de solaris, un cépage particulièrement résistant aux maladies fongiques. Le vigneron a souligné qu’en Suisse centrale, un tiers du vignoble est encépagé avec des variétés résistantes.

Parmi les autres cépages blancs purs, la petite arvine «Trésors de Famille» de la Maison Gilliard de Sion a triomphé, remportant également le prix spécial Prix Vinissimo «Coup de Cœur» Blanc plus tard dans la soirée avec ce même vin. Ce prix spécial – qui récompense le vin globalement jugé le plus convaincant – a été attribué pour les rouges à un cornalin, vieux cépage du Valais connaissant une renaissance depuis quelques années. Celui de Jean-Claude Favre et de son fils Renaud de la cave Sélection Excelsus de Chamoson (VS) a été auréolé.

Marc Ramu du Clos des Pins de Dardagny (GE) parvient au 1er rang dans la catégorie gamaret, garanoir ou mara purs, pour son gamaret «Mandragore», élevé un an en barrique. La cave Hammel SA de Rolle (VD) a ravi le titre de la catégorie gamay avec le cru «Les Ecots, Clos de la George Grand Cru Yvorne».

Du côté des pinots noirs, Peter Gehring est monté sur la scène pour la seconde fois en sautant de joie. Le domaine viticole Gehring, qui se trouve à Freienstein (ZH), s’était déjà placé en deuxième position dans la catégorie riesling-silvaner. Il s’est cette fois-ci adjugé le premier rang avec son «Barrique exclusive».

Venons-en maintenant aux merlots: si les vignerons tessinois ont souvent raflé la mise par le passé, les Romands se sont fait une place dans le classement cette année grâce aux Valaisans (2e Frédéric Dumoulin d’Uvrier, 3e Cave des Amis de Fully).

Mais c’est l’«Ascona Riserva», de Terreni alla Maggia SA, qui s’est hissé au 1er rang. L’œnologue Giuseppe Spagnuolo élève ce vin en barrique durant deux ans. Pour les assemblages rouges, Feliciano Gialdi et Fredy de Martin de la cave Gialdi Vini SA (Mendrisio), se sont attribué la victoire avec le «Vigna d’Antan», un assemblage de merlot (pour deux bons tiers), de cabernet sauvignon et de cabernet franc.

Vin doux passerillé genevois primé

Dans la catégorie des vins blancs, rouges et rosés avec sucre résiduel, c’est encore un Ramu qui s’est trouvé sous les feux de la rampe. Il s’agit cette fois de Mathurin Ramu, qui dirige depuis 2016 le domaine familial de Chafalet à Dardagny (GE).

Son «Elise» est un vin doux passerillé, élevé en fût de chêne durant onze mois. Le Genevois a également reçu pour ce nectar le «Prix Découverte Elisabeth Pasquier», décerné pour la première fois en hommage à l’ancienne présidente de l’association Vinea, décédée au printemps 2018.

Plusieurs vins primés sont disponibles en quantité limitée chez Mondovino