X

Recherches fréquentes

Los Vascos, vaste domaine chilien

Les Domaines Barons de Rothschild (Lafite) ont misé sur le Nouveau Monde avec l’acquisition, en 1988, du domaine viticole Los Vascos au Chili. Pari réussi! Notamment grâce à un homme qui, au départ, ne connaissait rien au vin.

PHOTO
HEINER H. SCHMITT, DBR (LAFITE)
18 novembre 2019

Le domaine Los Vascos est l’un des plus grands vignobles de la vallée centrale de Colchagua.

Cela fait plus de trente ans que Claudio Naranjo (57 ans) est aux commandes du domaine Los Vascos, situé à 200 km au sud de Santiago. Lorsqu’il en a pris la direction, le vin restait un monde quasi inconnu pour lui: «Je savais qu’il y avait du rouge et du blanc», raconte-t-il lors de sa venue en Suisse, il y a quelques mois. Né dans la capitale, le Chilien a suivi ses études secondaires en Floride. De retour dans son pays natal, un diplôme d’économie en poche, il a travaillé dans une entreprise de conseil. Lorsqu’on l’a chargé de trouver un domaine viticole à reprendre pour un client français, il ignore qu’il s’agit d’une célèbre maison bordelaise. La transaction est conclue en 1988: l’empire Rothschild (Lafite) reprend Los Vascos, à ce moment-là pratiquement inconnu en dehors du Chili. C’est alors que le jeune homme de 28 ans accepte de reprendre la direction du domaine.

Des dimensions spectaculaires

Claudio Naranjo a dû apprendre beaucoup. Le climat favorable, la terre abreuvée de soleil et balayée par la brise du Pacifique ne font pas tout. Il faut également «l’esprit Lafite pour produire de bons vins dans le style des Bordeaux», précise-t-il. Pour ceux qui ne connaissent pas encore Los Vascos, Coop en propose plusieurs crus, dont un assemblage à base de cabernet sauvignon, un sauvignon blanc ainsi qu’un chardonnay

Claudio Naranjo, patron du  domaine Los Vascos.

Les dimensions du domaine sont impressionnantes: la propriété couvre aujourd’hui 4000 hectares, dont près de 700 de vignes! La production moyenne y est de 6 millions de bouteilles par an, dont 99% destinées à l’exportation. «En plus des vignes, nous cultivons des céréales. Nous avons aussi des oliviers et des chênes-lièges», indique le chef du domaine. Ici, la biodiversité et la durabilité sont également des facteurs économiques: Los Vascos a investi dans l’approvisionnement en eau et l’irrigation en goutte-à-goutte, a créé sa propre usine de compostage et installé des centaines de cellules photovoltaïques à côté de ses vignes pour l’approvisionnement en énergie du domaine.

Le changement climatique est un sujet central pour les viticulteurs chiliens: en février et mars, les mois les plus chauds dans l’hémisphère Sud, le thermomètre peut maintenant dépasser la barre des 40°C. «Nous avons donc testé des cépages, qui résistent mieux à la chaleur, déclare Claudio Naranjo. Qui sait, dans quelques années, le mourvèdre et le marselan s’épanouiront peut-être eux aussi dans la vallée de Colchagua...

A lire aussi: la chronique de la spécialiste en vin Marie Linder consacrée au Cabernet Sauvignon Chile Grande Réserve Rothschild Los Vascos