X

Recherches fréquentes

Triomphal pinot grigio

Si le pinot gris n’est pas originaire d’Italie, c’est dans ce pays qu’il est le plus populaire. Des viticulteurs talentueux en ont fait un blanc très agréable à boire.

PHOTO
Stockfood, Getty Images
10 juin 2019

Vous êtes sur la terrasse d’un bar, quelque part en Vénétie, et vous profitez de la douce soirée, un verre de pinot grigio à la main. Malgré sa fraîcheur très présente, vous sentez les notes d’ananas, de citron, de poire et de figue caresser votre palais. Le vin est clair, frais et doté d’une légère acidité. Idéal pour l’apéritif. La seule question qui interrompt ce moment de félicité est de savoir si ce vin nous accompagnera durant le repas. Après tout, il y a du poisson frais au menu! 

Un plaisir incomparable, italien par excellence. Et tellement simple et pratique à commander: «Cameriere, un pinot grigio, per favore!» Mais vous l’aurez sûrement deviné: avec le pinot grigio, tout n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Car ce vin a de nombreuses facettes, et encore plus d’appellations. On en compte précisément 222, répertoriées par la base de données des variétés «Vitis International Variety Catalogue». En Valais, on le nomme malvoisie. Le cépage qui donne son nom à ce vin vient de Bourgogne. Mais durant le Moyen Age, il s’est rapidement répandu jusqu’en Hongrie et en Autriche. Puis il est tombé dans l’oubli, jusqu’à ce que le commerçant allemand Johann Seger Ruland (1683–1745) le redécouvre à l’état sauvage en 1711 à Spire (Rhénanie-Palatinat) et qu’il connaisse un succès triomphal, devenant le raisin à vin blanc le plus prisé au monde. C’est la raison pour laquelle le pinot gris – plutôt lourd et sucré en cas de vendanges tardives – porte également le nom de Ruländer en Allemagne.

Le chouchou des jeunes

Lorsque le raisin est récolté dans les temps puis vinifié à basse température, on obtient alors un vin blanc gouleyant comme le pinot grigio, produit en grande quantité surtout en Vénétie, dans la région du Frioul, du Trentin et au Tyrol du Sud, mais en moindre quantité dans le reste de l’Italie, y compris la Sicile. 

Si frais, agréable et doté d’une robe toujours un peu pâle, il est devenu au tout début des années 2000 le chouchou de la jeunesse italophile des grandes villes. Ce qui aurait pu lui coûter son excellente réputation. Mais une offensive sur la qualité, des restrictions quantitatives et une multitude de jeunes viticulteurs avant-gardistes ont fait du pinot grigio un vin blanc italien léger et agréable à boire. De ce fait, et en fonction des indications, plus de 40% des surfaces plantées de pinot gris – pardon, de pinot grigio – dans le monde se situent en Italie, soit près de 50 000 hectares. Cela correspond à environ 250 millions de bouteilles produites chaque année, dont plus de 90% sont destinées à l’exportation.  

Vinifié en blanc et en rouge

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le nom même de vin blanc ne coule pas de source. En effet, la couleur du cépage revêt des tons bleu rougeâtre. Les pigments de couleur se concentrant toutefois dans la peau, ce raisin compte parmi les cépages blancs. En réalité, il est également vinifié en rouge, mais dans une moindre mesure; toujours est-il qu’il se prête particulièrement bien à un assemblage, avec du pinot noir par exemple; il se vinifie rarement «pur». Les chercheurs viticoles pensent que le fait que ce raisin soit à l’origine une mutation du pinot noir est un atout incontestable. 

Mais revenons dans notre bar, en Vénétie. Une bouteille plus tard, notre décision est irrévocable: le pinot grigio reste sur la table pour accompagner le poisson. Et quand bien même il y aurait quelques hors-d’œuvre, voire une assiette de pâtes en entrée, ce n’est vraiment pas un problème, mais plutôt un coup de chance. Car c’est toujours un plaisir de boire un bon pinot grigio.