X

Recherches fréquentes

Zoom
Loisirs

La Suisse, pays de randonneurs

Plus d’un Suisse sur deux s’adonne à la randonnée, véritable sport national. Reportage autour du Clos-du-Doubs dans le Jura pour savoir ce que vont chercher ses adeptes dans la nature.

PHOTO
Nicolas de Neve
VIDEO
T. Tissot
08 juillet 2019

L'itinéraire de la vidéo

Notre randonnée au Clos-du-Doubs

Une balade proposée par Louis Willemin, guide chez JuraRando

  • Durée de la randonnée: 3 h 45
  • Longueur: env. 15 km
  • Dénivelé: 300 m en descente

La randonnée débute à Epauvillers, relié en car postal de la gare de St-Ursanne. Premières étapes: deux points de vue sur le Doubs en contrebas de la roche de Lalô et la roche des Draindgies. Ensuite, un chemin descend à travers champ jusqu’à Chervillers, au bord du Doubs. Possibilité de pause à la buvette, puis marche le long de la rivière sur un tronçon particulièrement sauvage. Arrivé à Tariche, il est possible de traverser en bac pour rejoindre le restaurant. Appeler l’établissement si la barque est du mauvais côté pour que quelqu’un vienne vous récupérer! L’itinéraire continue sur la rive gauche jusqu’à la gare de St-Ursanne.

Voir l'itinéraire sur SuisseMobile

La rando est plebiscitée par les Suisses

Mis bout à bout, les chemins de randonnée balisés de Suisse mesurent 65000 kilomètres, soit plus d’une fois et demi le tour de la Terre. Ceux qui ont envie de se dégourdir les mollets cet été trouveront forcément une balade correspondant à leurs goûts! Contrée de randonneurs, avec 62% de marcheurs, la Suisse se classe en tête d’une étude portant sur cinq pays européens, devant les Pays-Bas (51%), l’Allemagne (43%), la France (37%) et l’Angleterre (21%).

62% des Suisses randonnent, contre 43% des Allemands et 37% des Français.

 

Cette enquête, réalisée par l’institut de recherche Sotomo pour Suisse Tourisme, se penche aussi sur les motivations. Si nous aimons tellement marcher, cela s’expliquerait par la pression du quotidien, car les Suisses sont particulièrement sujets au stress. Pour 72% d’entre eux, passer du temps dans la nature est la façon la plus efficace de l’évacuer et de déconnecter.

Menée auprès de 5340 personnes dans 5 pays, l’enquête relève ainsi que randonner est une bulle dans un quotidien tourné vers la performance. La plupart des marcheurs ne se fixent ainsi pas d’objectifs. Cela ne les empêche pas d’avoir de l’endurance: avec une moyenne de trois heures par sortie, les randonneurs suisses marchent plus longtemps que les adeptes des autres pays, et n’ont pas peur des dénivelés (env. 500 m par sortie).

 

Notre itinéraire autour de St-Ursanne (JU) débute par deux points de vue sur le Doubs.

La nature, un lieu de détente pour les Suisses

Pour sonder les motivations des randonneurs, nous avons accompagné Louis Willemin et Sylvie Beuchat, tous deux membres et guides bénévoles pour le club Jura Rando, lors d’un itinéraire au Clos du Doubs près de St-Ursanne. Le trajet a été concocté spécialement par Louis pour «Coopération» (voir itinéraire et vidéo en début d'article) au départ d’Epauvillers, son village. On commence par admirer deux points de vue en hauteur sur la rivière, avant de descendre la retrouver, à travers des pâturages fleuris où il nous faut contourner un troupeau de vaches mères (voir les consignes de sécurité).

Les lieux sont paisibles, le parfum des fleurs et le chant des oiseaux nous accompagnent. En savourant ce tableau d’un pas régulier mais tranquille, on ne s’étonne pas que la nature constitue un lieu de détente encore plus important que le foyer pour les Suisses, toujours selon l’étude de Sotomo. «C’est sûr que cela permet de décompresser, mais je n’y vais pas dans ce but», commente Louis en marchant.

 

La marche fait partie de la routine de Louis Willemin et Sylvie Beuchat, qui randonnent plusieurs fois par semaine, en solo ou en groupe. Ici, sur le chemin à travers champs qui nous mène au bord du Doubs.

 «Je n’aime pas me donner d’objectif quand je randonne, autre que celui d’admirer la nature. Je ne suis pas du genre à rester à la maison, je suis tout le temps dehors de toute façon!» ajoute le retraité (70 ans), aussi engagé pour l’entretien des chemins balisés. Sylvie (47 ans) renchérit: «Je pars marcher deux à trois fois par semaine. Passer du temps en dehors de ma maison et de mon ménage me permet de prendre du temps pour moi, dans la nature.»

Marche conviviale

Tous deux participent à des sorties avec l’association Jura Rando. Cela signifie marcher avec un groupe de 20 personnes, que ce soit pour une journée ou un week-end. Cela me semble peu compatible avec la contemplation tranquille de la nature, et je le leur fais remarquer. «Evidemment, randonner en groupe est convivial, mais ce n’est pas là qu’on va voir des animaux: on les fait fuir», s’amuse Louis. Sylvie raconte: «Quand j’ai rejoint le club avec mon mari, on avait environ 40 ans et on était les plus jeunes! On a été accueillis à bras ouverts. Il y a une vraie convivialité. Ce qui me plaît, c’est de côtoyer des gens de différents milieux et de différents âges.»

Avis aux marcheurs en quête de compagnons: ce type d’association chapeautée par Suisse Rando existe dans les différents cantons. «S’il y a surtout des retraités dans notre club, cela ne veut pas dire que les jeunes ne randonnent pas. Par ici, j’observe beaucoup de trentenaires portant un bébé sur le dos par exemple», ajoute Louis. Les statistiques de l’étude Sotomo montrent que 53% des 18 à 34 ans randonnent, un taux qui augmente à 66% pour les plus de 55 ans.

Un Suisse sur deux dit pratiquer la randonnée. Que cela soit en famille, à deux ou dans un club, cette activité apparaît comme un sport national!

Randonner en toute intimité

En dehors des sorties en groupe, Sylvie aime aussi marcher en petit comité. «Ce sont des expériences différentes. Quand je me promène avec ma sœur, on est des pipelettes. Avec mon mari, on est à l’écoute de la nature. Parfois, ma fille de 19 ans vient avec nous. Et j’y vais aussi seule!» raconte cette mère de trois jeunes, qui travaille dans une crèche et vit à Bassecourt.

Halte à la buvette de Chervillers, indiquée par d'amusants dessins enfantins.

Il est temps de faire une pause à la buvette de Chervillers et de déguster un sirop de sureau maison. Louis déballe ensuite son sandwich et déclare la pause pique-nique ouverte. Sylvie a un nombre impressionnant de boîtes dans son sac, contenant des fruits, du chocolat, qu’elle partage. Elle énumère les indispensables du randonneur: boisson, chapeau, protection solaire, en-cas, trousse de secours, téléphone, K-way, pull léger, couteau suisse. Chacun son style: Louis emporte lui un tout petit sac à dos. Son outil principal: le smartphone et l’appli SuisseMobile, prisée des randonneurs, pour se situer, suivre un itinéraire mais aussi enregistrer un tracé. Même en balade, le smartphone reste donc sous la main, à la fois guide et appareil photo.

Sylvie déballe le contenu type d'un sac de rando: de quoi manger, s'orienter et passer une belle journée.

Traversée du Doubs en barque à Tariche

Nous reprenons le sentier à couvert qui suit le fil du Doubs. «On arrive dans la partie la plus sauvage», s’enthousiasme Louis, qui a grandi dans la région et nomme au passage les fleurs de saison qui encadrent le chemin. Les yeux posés sur le fil du courant, nous repérons des libellules. Nous voilà bientôt à Tariche: il est temps de franchir le Doubs! Ici, pas de pont, c’est un bac que nous allons emprunter (voir vidéo en haut de l'article): il se trouve de l’autre côté, et le responsable du camping vient gentiment nous récupérer.

Traversée du Doubs en bac à Tariche. Vincent Gigandet, propriétaire du camping, nous apporte la barque restée de l'autre côté. Les promeneurs peuvent appeler le restaurant pour que quelqu'un vienne les récupérer.

On saute dans la barque en bois à fond plat, attachée à un filin métallique. Elle utilise le courant comme moyen de propulsion. Sur l’autre bord, nous prenons un verre dans ce cadre reposant. Le week-end, il est davantage fréquenté!

Pour terminer la balade, Louis propose de retraverser et de longer encore le Doubs jusqu’à la gare de St-Ursanne. «C’est une belle randonnée! Marcher au bord de l’eau, je trouve cela si ressourçant», commente Sylvie.

Grâce aux nombreux guides dédiés en librairie (randos gourmandes, randos bières, randos avec les enfants, axées sur les bornes, etc.) ou en ligne sur des blogs, les idées de sorties ne manquent pas en Suisse.

En quête d'idées originales? Notez que ce week-end, du 13 au 14 juillet, la Nuit de la randonnée suisse propose des balades guidées sous les étoiles… Et découvrez aussi nos suggestions de randonnées en Suisse romande dans cet autre article

 

 Sylvie Beuchat et Louis Willemin de Jura Rando sont tous deux guides bénévoles pour l'association.

 

A lire aussi sur Coopération: 4 idées de balades en Suisse romande pour cet été