X

Recherches fréquentes

SAVEURS
REPORTAGE

Ananas: des champs à la boîte

De nombreux ananas en conserve de nos supermarchés proviennent du plus vaste archipel du monde: l’Indonésie. Plus de 18000 collaborateurs travaillent pour l’entreprise qui livre Coop. La qualité des fruits autant que le bien-être des employés sont de rigueur.

PHOTO
Remo Nägeli
01 juin 2020
Culture, récolte et transformation de l'ananas: c'est la spécialité de l'entreprise Great Giant Foods, en Indonésie.

Culture, récolte et transformation de l'ananas: c'est la spécialité de l'entreprise Great Giant Foods, en Indonésie.

Des ananas à perte de vue. Dans la province indonésienne de Lampung, à la pointe sud de Sumatra, l’ananas est le roi incontestable des fruits. La culture du Cayenne, une variété très sucrée, s’étend sur 300 km2, une surface équivalente à environ deux fois le Liechtenstein. C’est de cette région que proviennent des fruits en conserve vendus chez Coop, qui finiront dans nos coupelles à dessert, nos gâteaux ou nos pizzas hawaïennes.

Un ananas mûrit dix-huit mois durant sur la plante.

L’ananas est l’une des plantes cultivées les plus anciennes au monde, remontant à plus de 4000 ans. Ce fruit doit son succès à son goût sucré ainsi qu’aux enzymes, vitamines et minéraux qu’il contient. L’idée de conserver l’ananas en bocal est née en 1857 déjà, aux Bahamas. De nos jours, le principe reste le même: on lave et on coupe les fruits, on les chauffe brièvement à 80 °C pour les pasteuriser, puis on les place dans des conserves hermétiques sans autres additifs. Un procédé à la fois simple et génial.

Jusqu’à 2000 tonnes par jour

L’ampleur de la production d’ananas chez Great Giant Foods à Sumatra est sans commune mesure: plus de 18000 employés travaillent pour cette entreprise qui approvisionne Coop. On y cueille jusqu’à 2000 tonnes de fruits par jour. Soit près de cinq fois le poids d’un Boeing 747!

L’entreprise ne se soucie pas uniquement de la qualité irréprochable de ses fruits, elle veille aussi au bien-être de ses employés. Un engagement qui ne va pas encore de soi dans l’une des provinces les plus pauvres d’Indonésie, où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Travailler pour Great Giant Foods est une chance. L’industrie subvient aux besoins de son propre village, qui compte un hôpital, un dentiste, des écoles, un cinéma, des restaurants et même une mosquée, une église et un temple hindou. Au moins un tiers des employés vivent dans des logements modernes, propres, sûrs et, surtout, abordables. «Beaucoup d’entre eux passent toute leur vie active chez nous. Cette fidélité bénéficie aux deux parties», explique Harold Koh, directeur de Great Giant Foods.

Pour les clients de Coop, Philipp Wyss, Andrea Kramer et Peter Hauser s'assurent de la qualité des ananas.

A chaque visite, les représentants de Coop constatent que ces engagements ne sont pas que des paroles en l’air: Philipp Wyss, chef de la Direction Marketing/Achats, Andrea Kramer, responsable des achats, et Peter Hauser, d’Eurogroup, une filiale de Coop dont le siège se trouve à Hongkong, arpentent la gigantesque plantation de Lampung. «Quand nous nous rendons sur place, nos partenaires réalisent que nous prenons ces questions très à cœur», constate Philipp Wyss tandis qu’il discute avec des travailleurs œuvrant à la récolte.

Un cycle continu et durable

Les ananas mûrissent pendant dix-huit mois sur les plantes avant leur transformation. «La qualité des fruits est exceptionnelle et répond pleinement à nos attentes», précise Andrea Kramer lors d’une dégustation en plein champ. Great Giant Foods est aussi un pionnier en termes de transformation des ananas récoltés. Les cœurs et l’écorce ne finissent pas à la poubelle, mais servent à nourrir les bœufs de l’entreprise, dont le fumier fertilise ensuite les plantations. Un cycle continu et durable.

Une fois étiquetées, les conserves sont prêtes à être expédiées.

A midi, l’activité bat son plein non seulement dans les champs, mais aussi à la cantine de l’entreprise: de nombreux employés y prennent leur repas après le changement d’équipe. Ils y trouvent des plats traditionnels à base de riz et accompagnés de viande ou de poisson. Une seule spécialité manque au menu: l’ananas. Les employés en voient assez au quotidien! 

Ce reportage a été réalisé avant la pandémie de Covid 19.