X

Recherches fréquentes

Zoom
Histoires d'eau

L'eau: source de vie

Elle vient du ciel, du sous-sol... et des canalisations. Sans l’eau, la vie ne serait pas possible sur notre planète, sans compter qu’elle constitue une composante indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

TEXTE
09 mars 2020

L’eau, fondement de l’organisme, 
est à la base 
de la pyramide alimentaire. 

Quand la vie est apparue sur Terre il y a environ 3,8 milliards d’années, d’abord sous la forme de bactéries primitives, puis d’organismes multicellulaires, elle a vu le jour dans l’eau. Pour cette raison, la science recherche également sa trace sur d’autres planètes, car l’eau sous forme liquide est indispensable à la vie, du moins telle que nous la connaissons. Elle constitue une part essentielle du corps humain. Chez un homme adulte en bonne santé, elle représente environ 60% 
du poids du corps, un peu moins chez la femme. Le corps des bébés contient même 80% d’eau. Néanmoins, à un âge avancé, cette valeur diminue pour ne représenter que 50%. 

Association de deux atomes

Mais de quoi est donc composé ce liquide si vital dans notre vie quotidienne? Sur le plan chimique, il associe deux atomes, l’un d’hydrogène (symbole H), l’autre d’oxygène (symbole O), d’où la formule chimique H₂O. L’eau est composée à 99,9% de ces molécules. Le reste est constitué d’éléments tels que magnésium, sodium, potassium et chlore. «Ces minéraux sont primordiaux pour notre santé. Le calcium contenu dans l’eau contribue, par exemple, à la préservation des os et des dents. Il joue aussi un rôle crucial dans la coagulation 
sanguine, les fonctions musculaires et la transmission des signaux entre les cellules nerveuses», 
explique Isabel Drössler (29 ans), nutritionniste chez Coop.

Dans le corps humain, l’eau fait également 
office de moyen de transport dans le sang ou l’urine. Elle alimente ainsi nos cellules en nutriments et participe à l’élimination des produits de dégradation. «Par ailleurs, elle est indispensable à une bonne digestion et régule la température corporelle par le biais de la sueur», poursuit la nutritionniste. Et il ne s’agit là que de quelques fonctions majeures. On peut survivre assez longtemps sans manger, mais pas plus de trois jours sans boire. 

Le professeur Peter Ballmer, médecin et président de la Société suisse de nutrition clinique à Berne, le confirme: «Il est possible de jeûner bien plus longtemps sans apports caloriques 
et protéinés qu’en renonçant à tout apport 
hydrique.» (lire l’interview ci-edssous).

L’eau favorise le processus digestif, tout en régulant 
la température corporelle par le biais de la sueur.

A chaque âge, son litre d’eau

L’eau peut donc être considérée comme un aliment d’absolue nécessité. C’est tellement vrai qu’elle occupe la place la plus importante au sein de la pyramide alimentaire. Elle est idéale pour étancher sa soif, car elle apporte du liquide sans énergie supplémentaire sous forme de sucre. C’est en fait la boisson que tout un chacun devrait 
privilégier. 

Selon les recommandations usuelles, un adulte en bonne santé peu actif devrait boire chaque jour entre 30 et 35 ml d’eau par kilogramme de poids corporel. Pour 70 kg, cela équivaut à 2,1 l par jour. 

Pour les enfants de 6 à 12 ans, la consommation quotidienne conseillée est d’un litre, environ cinq verres. Il est important de faire boire 
régulièrement les petits pendant toute la journée, et ce même s’ils y rechignent. Pour nombre d’enfants, l’eau est une boisson que l’on qualifiera d’«ennuyeuse», mais il suffit d’une petite astuce pour les convaincre du contraire. «Plongez simplement des fruits frais ou des herbes aromatiques dans de l’eau et laissez infuser au réfrigérateur pendant deux heures», recommande Isabel Drössler. Pour un petit plus, ajoutez des fruits encore congelés: vous obtiendrez une 
délicieuse boisson pleine de saveurs et de couleurs dont raffoleront les enfants. 

«Chez les personnes âgées, la sensation de soif diminue sensiblement, de telle sorte que le risque de déshydratation prend l’ascenseur en été», avertit le professeur Peter Ballmer. Les seniors doivent se forcer à boire au moins 1 l d’eau chaque jour. Pour ce faire, ils fractionneront la prise d’eau en petites gorgées. 
Le verre doit toujours être à portée de vue et 
de main. Un programme d’hydratation ou une application sur portable ou tablette peuvent 
également constituer une aide précieuse.

La chaleur et les efforts physiques entraînent naturellement une hausse des quantités d’eau 
indispensables au bon fonctionnement de notre
organisme. Les sportifs ont besoin de 4 à 8 dl supplémentaires par heure d’activité intense. Pour les entraînements qui excèdent une heure, des boissons isotoniques sont recommandées. Dans les sports d’endurance, il est crucial d’anticiper le sentiment de soif. Quand celui-ci survient, il est souvent trop tard car le corps manque déjà de liquide.

Minéraux issus des roches

L’eau contient différents nutriments qu’elle puise dans l’environnement. Les minéraux indispensables à la vie sont issus des roches et se retrouvent dans les sources ou les cours d’eau. Notre corps n’étant pas capable de fabriquer lui-même ces micro-nutriments, il est important de les absorber par le biais de notre alimentation.

Existe-t-il une différence entre l’eau en bouteille et l’eau du robinet? «La teneur en minéraux dans l’eau du robinet peut varier selon la 
région et, pour l’eau minérale, en fonction de la source», souligne Isabel Drössler. Au niveau qualitatif, les deux options se valent. La composition précise est indiquée sur l’étiquette et peut être consultée en ligne dans la Base de données suisse des valeurs nutritives de l’Office fédéral de la 
sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) ou auprès des distributeurs d’eau. La 
législation fédérale et les valeurs maximales 
de substances dangereuses prescrites doivent être respectées en permanence, sous la surveillance étroite de l’OSAV.

Reste l’importante question des avantages et des inconvénients de l’eau avec ou sans bulles. Selon les experts, sous l’angle strictement sanitaire, il n’existe aucune différence notable entre ces deux types de breuvage. Toutefois, en cas de problèmes de digestion spécifiques, brûlures d’estomac ou ballonnements, il est préférable 
de s’en tenir à l’eau plate et de renoncer aux eaux très pétillantes. Hormis cette réserve, il s’agit d’une question de goût personnel. 

Dernière petite information à ce sujet: la 
teneur en différents minéraux a une incidence sur nos sens. Par conséquent, toutes les eaux n’ont pas le même goût! 

Eau potable pour tous

Quelque 2,1 milliards de personnes (30% de la population mondiale) n’ont pas accès à des services d’alimentation domestique en eau potable, selon un rapport de 2017 du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et quelque 850 millions ne disposent même pas d’un système élémentaire d’approvisionnement en eau. Dans ce contexte, l’ONU a inscrit l’accès à l’eau potable dans les objectifs de développement durable 
définis en 2012 lors de la Conférence de Rio et applicables d’ici à 2030. Coop s’attelle également 
à cette tâche. En collaboration avec la fondation bioRe, partenaire fournisseur de coton durable pour la marque de textiles Coop Naturaline, elle a permis la création de 54 puits et de 21 réservoirs d’eau dans des communautés villageoises de 
Tanzanie (est de l’Afrique). Quarante puits supplémentaires sont d’ores et déjà programmés. 


Histoire des systèmes d’approvisionnement en eau

  • Aube de l’humanité: L’eau est prélevée directement des rivières et des sources.
  • Âge du bronze: trace la plus ancienne de citerne à Savognin (GR) et de captage des eaux de source à Saint-Moritz (GR).
  • Jusqu’à 500 apr. J.-C.: les Romains créent des canalisations d’eau à Avenches (VD) et Augusta Raurica (Kaiseraugst/AG). 
  • Moyen Âge: construction de fontaines dans les châteaux et villes, et de pompes pour l’eau des rivières.
  • XIXe siècle: la plupart des grandes villes suisses adoptent le système du réseau sous haute pression avec conduites en fonte.
  • Vers 1900: modernisation du réseau d’eau pour des raisons sanitaires et hygiéniques (épidémies de choléra et de typhus).
  • Milieu du XXe siècle: l’eau potable courante se généralise grâce à l’amélioration des infrastructures et de la qualité des eaux du lac. 

Quelques faits marquants sur l’eau, élément vital pour le corps humain

Télécharger PDF

«Il faut boire assez pour protéger le cerveau» 

Le président de la Société suisse de nutrition clinique explique dans quelle mesure un apport hydrique suffisant est vital pour notre corps. Il met également l’accent sur les dangers liés au fait de boire trop ou trop peu.

Peter Ballmer (66 ans)

Président de la Société suisse de nutrition clinique

Quelle est l’importance de l’eau pour le corps et pourquoi en avons-nous besoin?

Elle est essentielle. L’eau contenue dans notre corps garantit le bon fonctionnement de la circulation sanguine. Le sang, un vecteur aqueux, transporte, par exemple, les nutriments et les hormones, mais aussi les médicaments. En outre, l’eau est indispensable aux cellules. Soulignons aussi qu’en tant qu’organes épurateurs importants, nos reins débarrassent notre sang des substances nocives et les éliminent via l’urine.

Que se passe-t-il si les apports hydriques sont insuffisants?

Quand l’organisme affiche un bilan hydrique négatif, la médecine parle de déshydratation ou d’exsiccose, autrement dit de dessèchement. 
En cas de déshydratation, les cellules et l’ensemble de l’organisme ne peuvent plus fonctionner correctement et l’irrigation des organes 
s’en trouve affectée. Cela peut perturber la circulation sanguine et 
entraîner une insuffisance rénale 
ou cardiaque. Un apport hydrique suffisant est très important pour le 
cerveau afin d’éviter la fatigue, les maux de tête et les troubles de 
la concentration voire, dans les cas les plus extrêmes, un coma potentiellement mortel.

Existe-t-il d’autres symptômes  
de la déshydratation?

Le premier signal d’alerte est bien sûr la soif. Il faut absolument y 
être attentif! En outre, on observe une diminution de l’élasticité de la peau (turgescence cutanée). L’urine prend une couleur jaune très foncé, se fait rare ou finit par se tarir.

Une consommation d’eau 
insuffisante est dangereuse, mais peut-on également boire trop, autrement dit s’empoisonner avec de l’eau?

Ce risque existe bel et bien, notamment chez les marathoniens et les triathlètes. Lorsqu’ils transpirent abondamment, la teneur en sel de leur sang baisse. S’ils absorbent 
ensuite trop d’eau pauvre en sel 
et donc en sodium, cela provoque une forte chute de ce minéral dans 
le sang. Les cellules corporelles et cérébrales gonflent, ce qui peut 
entraîner des maux de tête, des nausées et même un coma. Dans le langage populaire, ce phénomène est appelé «intoxication à l’eau». 
Effectivement, des personnes sont mortes pour avoir trop bu.

A quoi prêtez-vous attention dès lors que vous achetez 
de l’eau minérale?

Quand je choisis une eau minérale,  il importe, à mes yeux, qu’elle n’ait pas été transportée sur de longues distances. Je suis également sensible à la teneur en calcium afin d’optimiser l’apport de ce minéral. Le calcium permet de lutter contre l’ostéoporose, c’est-à-dire la diminution de la masse et de la densité osseuses.