«La nature est la plus forte» | Coopération
X

Recherches fréquentes

«La nature est la plus forte»

Vigneron à succès du Languedoc, dans le sud de la France, Gérard Bertrand travaille en biodynamie. L’ancien rugbyman a été nommé «Personnalité verte de l’année».

PHOTO
Marie Ormières, DR
25 janvier 2021
Gérard Bertrand (56 ans) emploie 300 personnes sur  les 16 domaines qu'il possède.

Gérard Bertrand (56 ans) emploie 300 personnes sur les 16 domaines qu'il possède.

Exportés dans 160 pays, les vins de Gérard Bertrand sont issus de 70 cépages, cultivés sur quelque 880 hectares du Languedoc-Roussillon. Vigneron célèbre du sud de la France, l’entrepreneur s’est imposé sur les terrains de rugby avant d’exceller avec la vigne. Marié et père de deux enfants, cet homme intuitif et exigeant s’est orienté vers la viticulture en biodynamie il y a dix-neuf ans. Le mois dernier, le concours international «The Drinks Business Green Awards 2020» l’a élu «Personnalité verte de l’année».

Que souhaitez-vous pour l’environnement en 2021?

Que les gens prennent conscience de la beauté et de la fragilité des écosystèmes et intègrent que la nature est plus forte et plus intelligente que nous. Il faut la respecter afin de protéger la biodiversité et limiter au maximum l’impact du réchauffement climatique.

Consommez-vous uniquement bio? Pourquoi?

Surtout des produits bio dans mon alimentation. Pour les vins, en biodynamie à chaque fois que je le peux. C’est meilleur pour la santé, il n’y a pas de résidus de pesticides, d’herbicides ou de fongicides et, concernant les vins, on a développé le goût du terroir.

Vos plats préférés?

J’aime les classiques: le cassoulet, le couscous, la paella et les écrevisses.

A quelle heure vous levez-vous, quel est votre «moteur»?

A 6 h 15, en démarrant par une séance de yoga. Je suis encouragé par le plaisir que je prends à faire mon métier de vigneron et de créateur de vin.

Toujours sportif?

Je fais de l’exercice: vélo, fitness, jogging.

Comment vivez-vous, personnellement et professionnellement, cette pandémie?

D’un point de vue privé, j’essaie de garder la même positivité. Professionnellement, j’ai la chance d’avoir une équipe formidable, qui a compris qu’il fallait continuer à travailler dans les vignobles parce que la nature ne s’arrête pas.

Comment gérez-vous l’impact de la pandémie sur la vente des vins?

Nous avons pu réduire cet impact car nous avons une distribution multicanal. Forcément, nous avons limité les déplacements. Ça me manque beaucoup de ne pas aller au contact de la clientèle.

Qui se trouve également en Suisse: une région coup de cœur?

Le Valais m’a procuré beaucoup d’émotions, à la fois pour la beauté de ses paysages et pour la qualité des vins.

Une anecdote vécue chez nous?

Les trains partent toujours à l’heure! Une fois j’ai laissé ma valise dans le train: elle m’a été rendue le soir même à mon hôtel.

Le dernier livre que vous avez lu?

La biographie de Denis Dubourdieu, grand œnologue décédé en 2016.

Y a-t-il une vie après la vie?

Très certainement pour le croyant que je suis. Une forme de transcendance et de vie, avec une forme d’éternité qui nous permet de nous projeter. 

Vins Gérard Bertrand chez Coop

Parmi les onze vins de la Maison Gérard Bertrand proposés chez Coop, il y a les assemblages blanc et rouge bio Bourgeon du domaine Cigalus de Bizanet, à l’est de Narbonne, où vit le vigneron avec sa famille. Le premier (27 fr. 95/75 cl) se marie magnifiquement aux poissons en sauce, le second (34 fr. 95/75 cl) aux viandes rouges rôties. A déguster du Pays d’Oc avec des mets épicés: la Syrah Naturae Free From bio Bourgeon (9 fr. 95/75 cl), vinifié sans sulfite ajouté. 

Ces vins sont en vente dans certains magasins et sur Mondovino