Protéines: gare aux excès! | Coopération
X

Recherches fréquentes

NUTRITION

Protéines: gare aux excès!

Si les poignées d’amour se composent de graisse, elles peuvent être encouragées par un excès de protéines. Le point avec Manuel Kramer, spécialiste des liens entre fitness et nutrition.

PHOTO
Trunkarchive
16 août 2021
N'abusez pas des protéines: la bonne quantité, c'est bien, mais trop, c'est trop!

N'abusez pas des protéines: la bonne quantité, c'est bien, mais trop, c'est trop!

L’humain est génétiquement programmé pour consommer le moins d’énergie possible et accumuler des stocks en prévision de périodes de disette. Une méthode qui s’est avérée efficace pour la survie de l’espèce dans le passé, puisque nous avons réussi à nous imposer malgré des conditions parfois difficiles.

Des calories stockées en abondance

Aujourd’hui, les réflexes de notre corps restent les mêmes, mais la situation a changé. Dans les pays industrialisés, les risques de pénurie alimentaire ont laissé place à une abondance de nourriture, disponible partout et tout le temps. En Suisse, nous avons accès à suffisamment d’aliments, voire… à trop! Résultat: une montée en puissance de maladies typiques de nos sociétés comme le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle.

Quelle que soit l’heure de la journée, si les calories absorbées ne sont pas consommées par de l’exercice, le corps stocke cette énergie. D’abord dans le foie puis, lorsque sa capacité limite est atteinte, dans les dépôts de graisse.

Le corps fonctionne un peu différemment lorsqu’il métabolise les protéines ou acides aminés. Il les stocke en effet principalement sous forme de muscles. Toutefois, ce stockage implique que les muscles soient stimulés. En combinaison avec un entraînement ciblé, les acides aminés seront ainsi essentiellement stockés sous forme de masse musculaire, qui augmente alors. Jusqu’ici, tout va bien, et c’est ce que recherchent des amateurs de fitness.

Trop, c’est trop

Mais que se passe-t-il en cas d’excès de protéines? Contrairement à la croyance populaire, en matière de protéines, plus n’est pas nécessairement mieux. En effet, au-delà d’une certaine quantité, elles n’entraînent plus d’augmentation de la masse musculaire, même chez les sportifs. L’excédent n’est pas stocké dans les muscles, mais converti en graisse lors d’un processus complexe, puis stocké ou éliminé par d’autres voies métaboliques. Un excès de protéines est donc non seulement néfaste pour le développement musculaire, mais favorise même les dépôts de graisse, ou peut affecter les reins en cas d’apport en eau insuffisant.

La question qui se pose est donc de savoir quelle est la quantité optimale de protéines à consommer. En bref, l’idéal est d’en absorber environ 20 g toutes les trois à quatre heures.

Le mieux reste de prendre un repas protéiné directement après un entraînement. Beaucoup seront probablement surpris d’apprendre qu’il suffit par exemple de 100 g de viande de poulet ou de 60 g de soja pour couvrir ce besoin. Se gaver de viande ou de produits protéinés n’est donc pas utile pour développer ses muscles!

Manuel Kramer est un entraîneur de fitness basé à Saint-Gall, qui a étudié la médecine. Il démonte les mythes entre sport et nutrition.