Barrière contre les Confédérés | Coopération
X

Recherches fréquentes

évasion
patrimoine UNESCO

Barrière contre les Confédérés

Les imposantes fortifications de Bellinzone interdisaient autrefois aux Confédérés de se rendre dans le sud. Aujourd’hui, elles sont inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco et constituent une destination d’excursion passionnante – où les Confédérés sont désormais les bienvenus.

TEXTE
PHOTO
© OTR Bellinzonese e Alto Ticino
03 août 2020
Construit au XVe siècle, le château de Sasso Corbaro  se situe à 230 mètres au-dessus de Bellinzone.

Construit au XVe siècle, le château de Sasso Corbaro se situe à 230 mètres au-dessus de Bellinzone.

Le pouvoir était à ceux qui contrôlaient Bellinzone. C’est en effet à cet endroit que passaient toutes les grandes voies commerciales entre la Suisse centrale, l’actuel canton des Grisons et le sud. Les premières fortifications militaires de Bellinzone ont probablement été construites par les Romains, qui ont érigé à cet endroit le premier château en l’an 16 avant Jésus-Christ et qui ont ensuite constamment renforcé ses défenses. Ce sont cependant les ducs de Milan qui ont fermé la route du sud aux Confédérés. Après avoir pris le contrôle de Bellinzone en 1422, ils décidèrent de bloquer la vallée afin d’interdire de façon définitive tout passage aux habitants de la Suisse centrale.

Le canton du Tessin a acheté le château de Montebello en 1903.

Les Milanais procédèrent à un agrandissement massif des fortifications existantes, auxquelles ils ajoutèrent un nouveau château. L’ensemble du site final comprenait le Castelgrande, le château de Montebello, le château de Sasso Corbaro ainsi que les remparts de la ville, des portes, des tours de défense et l’énorme muraille de protection appelée «Murata», entre la ville et le flanc droit de la vallée. Il s’agissait à l’époque d’un ouvrage de fortification unique en son genre qui constituait un obstacle infranchissable. Les ducs de Milan utilisaient également l’architecture pour affirmer leur pouvoir.

Ascension dans une faille rocheuse

Après la chute des ducs de Milan, les Confédérés purent enfin prendre le contrôle de Bellinzone, au début du XVIe siècle. Les installations de défense n’ayant plus d’intérêt, elles furent laissées à l’abandon et tombèrent en ruine au fil des années. Une première réhabilitation eut lieu entre 1920 et 1955, avec la reconstruction de certaines parties effondrées. Elle fut suivie plusieurs dizaines d’années plus tard par la restauration du Castelgrande que l’on doit à l’architecte tessinois Aurelio Galfetti, de 1984 à 1991. Grâce à ces travaux, de vastes espaces du site ont retrouvé leur magnificence d’origine et constituent aujourd’hui l’un des meilleurs témoignages de l’architecture de fortification moyenâgeuse en Europe.

L'aspect actuel du Castelgrande résulte des dernières restaurations (1984-1991), dirigées par l'architecte Aurelio Galfetti.

Aurelio Galfetti a en outre démontré avec brio qu’il était parfaitement possible de marier un patrimoine historique avec une architecture moderne. C’est en raison de cette double signification que les «trois châteaux de Bellinzone» et tout ce qui subsiste du site ont été inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2000.

La visite du site commence de manière spectaculaire par la Piazza del Sole (place du Soleil), dans la ville. De cet endroit, dans une tour en béton encastrée dans une faille rocheuse, partent deux ascenseurs menant au Castelgrande. Cette tour illustre la symbiose réussie entre éléments anciens et architecture moderne. En haut, une promenade sur la «Murata» permet de se faire une bonne idée de l’effet dissuasif que ces fortifications devaient avoir sur les Confédérés.

Où dormir, quoi faire à Bellinzone: Voir les offres


Patrimoine mondial de l’UNESCO

Série de Coopération (9)

Le label «Site du Patrimoine mondial» de l’Unesco est attribué exclusivement à des sites culturels et naturels d’une «valeur universelle exceptionnelle». La Suisse compte une dizaine de sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Tous figurent parmi les trésors naturels et culturels les plus importants de notre pays – des lieux à visiter et à découvrir impérativement. «Coopération» présente quelques-uns de ces sites durant cet été.

www.whes.ch


Les trois châteaux de Bellinzone

A voir, à faire

  • Exposition: suivre la vie de Léonard de Vinci à travers une exposition 3D high-tech dans le château de Sasso Corbaro à Bellinzone.
  • Village fantôme: une excursion d’environ deux heures au-dessus de Bellinzone jusqu’au village de Prada, que ses habitants abandonnèrent il y a 400 ans.
  • Circuit: découvrir les trois châteaux au cours d’un circuit à travers le site et visiter le musée pour en savoir plus sur l’histoire de ces lieux.

Réserver sur: www.whes.ch/fr/shop