X

Recherches fréquentes

Zoom
Société

Scandaleux costume de bain

Les maillots ont énormément évolué au XXe siècle. Ce corps qu’il fallait cacher des regards s’exhibe progressivement en petit bikini ou slip de bain sur les plages. Une histoire passionnante!

PHOTO
Keystone | Alamy
13 juillet 2020
Le une pièce continue d’avoir la cote, malgré l’invention du très osé bikini en 1946. Aujourd’hui, les coupes rétro font d’ailleurs leur grand retour! Chez les hommes, dévoiler son torse est impudique avant les années 1930.

Le une pièce continue d’avoir la cote, malgré l’invention du très osé bikini en 1946. Aujourd’hui, les coupes rétro font d’ailleurs leur grand retour! Chez les hommes, dévoiler son torse est impudique avant les années 1930.

Avec ces chaleurs, on n’a qu’une envie: enfiler son maillot préféré, filer à la plage et sauter dans le lac! Bikini, une pièce, short ou slip de bain, ces accessoires ont une longue histoire. Ils ont énormément évolué au cours du siècle dernier, et avec eux l’image du corps.

Les premiers costumes de bain féminins se composent de pantalons bouffants et de tuniques.

Flash-back. Au XIXe siècle, une grande pudeur est de mise. Les premières baignades se font à l’abri des regards des promeneurs indiscrets. «Dès 1710, les Bains Lullin à Genève permettent de se baigner derrière un mur pour ne pas être vu», explique Lionel Gauthier, conservateur au Musée du Léman. Tout comme aux Bains des Dames à Neuchâtel ou aux Bains Rochat à Lausanne. A Vevey vers 1850, une cabine de bain sur roulettes, qu’on pousse dans l’eau, permet aux femmes d’entrer d’un côté et de se baigner de l’autre, sans être vues. Ni l’idée de farniente sur la plage, ni le costume de bain n’existent encore. Les femmes se baignent tout habillées, dans de longues robes, et les hommes en sous-vêtements longs.

Les cabines de bain sur roulettes, qu’on pousse dans l’eau, permettent aux femmes d’entrer d’un côté et de se baigner de l’autre, dans de longues robes, sans être vues.

On ne nage pas encore à l’époque, on fait juste trempette. Un vêtement cachant le corps sera conçu pour cette activité. «Les premiers costumes de bain féminins peuvent avoir jusqu’à six pièces: un pantalon bouffant et long, cachant les genoux, une tunique, mais aussi des bas, un bonnet, un corset de bain, et un peignoir qu’on enlevait juste avant d’entrer dans l’eau», détaille Diana Le Dinh, conservatrice au Musée historique de Lausanne. Le maillot masculin, souvent à rayures, se compose d’un caleçon long jusqu’aux genoux et d’un haut boutonné, à manches longues ou courtes. Celui-ci est plus adapté à la nage.

La sportive australienne Annette Kellerman fait scandale en se confectionnant un maillot plus adapté à la natation. Elle sera jugée pour son audace, mais gagnera son procès.

Pionnière du maillot de bain

Au début du XXe siècle, l’Australienne Annette Kellerman fait scandale. Pionnière de la natation féminine, elle laisse tomber le pantalon bouffant qui sied à son sexe mais l’empêche de nager, et se confectionne un maillot près du corps, inspiré du modèle masculin. Elle devra plaider sa cause devant un juge, au nom de la liberté de ses mouvements dans l’eau, et gagnera son procès. Grâce à elle, les femmes peuvent porter un costume similaire à celui des hommes.

A la fin des années 1920, l’invention du bronzage fait que le dos se découvre. Jusque-là, on ne veut pas s’exposer pour garder la peau claire. Le deux-pièces, avec une culotte taille haute, est inventé en 1932 et dévoile plus de peau, mais ne sera adopté que progressivement.

Le bikini fait scandale! Aucun mannequin n’accepte de poser avec. Son inventeur devra engager cette danseuse de cabaret pour les photos de catalogue.

L’invention du bikini

C’est en 1946 qu’un tout petit maillot fait l’effet d’une bombe. Il tient son nom du premier essai nucléaire, dans l’atoll de Bikini (îles Marshall). «Le bikini est extrêmement osé pour l’époque, car il laisse voir le nombril. Son inventeur, l’ingénieur automobile français Louis Réard, ne trouve aucun mannequin acceptant de poser et devra engager une danseuse de cabaret», explique Diana Le Dinh. Le scandaleux bikini est interdit sur les plages d’Espagne, d’Italie et de France. Il faudra beaucoup de temps pour qu’il soit largement adopté, à la fin des années 1950, popularisé par des actrices telles que Brigitte Bardot.

En 1968, les jeunes se rebellent contre les conventions de la société – et des vêtements. La libération des corps influence la mode.

Le trikini, le compromis parfait entre bikini et une pièce. Longtemps en laine, soie ou coton, les maillots bénéficient de nouveaux matériaux séchant vite comme le lycra, inventé en 1959.

Or le bikini est-il vraiment synonyme d’émancipation des femmes? Ou les enferme-t-il dans un nouveau carcan? «Il y a les deux aspects entremêlés», note Elizabeth Fischer, historienne de la mode et professeure à la Haute école d’art et de design (HEAD) de Genève. «On libère le corps, mais on l’enferme dans un carcan. On met en avant des femmes jeunes, minces, en excluant les autres morphologies. On est encore dans cette esthétique très oppressante aujour­d’hui.» Ainsi, à partir des années 1970, avec son bas échancré qui dévoile les hanches, le bikini change l’idéal féminin. «Il devient très androgyne, alors qu’avant il était d’être plutôt pulpeuse.»

Le slip tarzan

Et pendant ce temps, chez ces messieurs, comment évolue le maillot? Le torse reste couvert car il était indécent de le montrer jusque dans les années 1930. Le short se raccourcit ensuite de plus en plus et en 1932, le slip tarzan révolutionne le maillot masculin! Plus ou moins moulant ou taille basse, il changera de style avec les modes, avant de rallonger à tel point dans les années 1990 que certaines piscines limitent par mesure d’hygiène la longueur autorisée.

Les hommes troquent peu à peu leurs maillots à bretelles contre des modèles dévoilant leur torse dès les années 1930.

Malgré tout, le maillot féminin a fait couler plus d’encre. «Comme toujours, notre société est plus dure avec le corps des femmes, qu’elle veut contrôler», observe Elizabeth Fischer. Faite de codes en constante évolution, elle régit aujour­d’hui la baignade seins nus ou nudiste.

Dans les années 1980, une explosion de couleurs s’invite sur les maillots.

Alors, avant d’enfiler votre maillot la prochaine fois, pensez à vos aïeuls se baignant en robes longues peu pratiques et en maillots à bretelles, et au chemin parcouru par ce bout de tissu!

Infographie: Caroline Koella


Au rayon homme

Choisir un maillot flatteur

Pour les silhouettes en V et en H (voir ci-dessus l’infographie sur les femmes), de type musclé, le boxer ou short court font l’affaire. Pour les gabarits fins, un peu plus de longueur donne du volume. Enfin, pour les messieurs plus corpulents, de type H, A ou O, un short jusqu’aux genoux restructure la forme. Toutefois, gare à l’hygiène avec les modèles longs. Mais il ne faut pas oublier que - femme ou homme - le maillot de bain qui vous convient, c’est avant tout celui dans lequel vous vous sentez bien, peu importe s’il correspond aux critères ci-dessus!


Tendances au goût du jour

Le rétro de retour

Culottes taille haute et une pièce rétro ont la cote. «Il y a un réel intérêt pour le vintage. Les créateurs inventent aussi de nouvelles façons de mettre en valeur le corps des femmes, sans forcément les dénuder au maximum», remarque l’historienne de mode Elizabeth Fischer. Chez Coop, la styliste Irène Münger observe que les maillots une pièce, parfois avec des découpes, ainsi que les bikinis échancrés sont tendance. «Les classiques noirs ou à rayures, les tons verts et les imprimés flamboyants dominent.» Chez les hommes, le slip coupé proche du corps revient. «Je ne le recommande qu’aux fashionistas courageux. Sinon, les classiques shorts boxer feront l’affaire, à condition qu’ils ne soient pas coupés trop longs.»