X

Recherches fréquentes

LES BONS CôTéS DE LA SUISSE
PIE-GRIèCHE éCORCHEUR

Le migrateur masqué

Son bandeau noir lui donne des allures de Zorro et son nom évoque une certaine combativité: la pie-grièche écorcheur est l’oiseau de l’année 2020.

PHOTO
Sandra Schweizer
03 février 2020

Sauterelles, grillons, scarabées, araignées, bourdons, guêpes ou encore souris: la pie-grièche écorcheur n’est pas vraiment regardante au moment de choisir son alimentation – principa­lement des protéines animales. Et si la nourriture s’avère très abondante, l’oiseau empale ses proies sur des épines afin de se constituer un garde-­manger. Autrefois, on disait que la pie-grièche écorcheur faisait neuf victimes avant de passer à table, d’où son nom en allemand «Neuntöter», qui signifie «l’assassin aux neuf victimes». Or, il n’en est rien.

Habitat

La pie-grièche écorcheur vit dans les campagnes cultivées composées de haies basses, les pâturages et vergers extensifs, les vignobles, les clairières ou les jachères. Là où les haies et les bosquets ont été supprimés des terres cultivables et les insectes détruits par les pesticides, la pie-grièche écorcheur a disparu puisqu’elle n’y trouve ni nourriture ni possibilités de nidification. Sa population, qui a diminué de moitié au cours des 30 dernières années, était estimée en 2015 à environ 10000 couples.

Reproduction

Cet oiseau masqué mesure entre 16 et 18 cm, soit environ 2 cm de plus qu’un moineau. Il est l’un des derniers oiseaux migrateurs à rentrer début mai de son aire d’hivernage au sud de l’équateur. Les actions s’enchaînent alors: recherche de partenaire, construction du nid, ponte, deux semaines de couvaison, deux semaines d’alimentation dans le nid, trois semaines d’accompagnement des jeunes à l’extérieur. A la mi-juillet, les adultes commencent à migrer vers leurs quartiers d’hiver, situés à 8000 km; les jeunes suivront plus tard.