X

Recherches fréquentes

Tourisme
Skateline

Les joies du patin 
en pleine nature

Aux Grisons, dans la vallée de l’Albula, la Skateline serpente à travers la forêt sur 3 km jusqu’à début mars. Nous avons testé la piste et taquiné la glace, même en soirée à –12 °C. Venez glisser avec nous!

TEXTE
PHOTO
Yannick Andrea
03 février 2020

La vallée de l’Albula, voilà bien une 
région méconnue des Grisons. Pourtant une piste de glace longe la rivière du même nom sur près de 3 km et s’est 
forgé une réputation mondiale, car il 
n’y en a point comme elle. «Le plus important, c’est de savoir freiner», lance Giorgio Bossi, patron de la Skateline. Il s’agit de ne pas oublier que sur le parcours, nous allons perdre quelque 40 m d’altitude. Les descentes mêmes faibles seront au rendez-vous. Surtout pour un novice dont les prouesses sur glace se 
résument à quelques tours de patinoire. 

C’est parti!

Le bus navette nous emmène à Alvaneu Bad, dans la forêt, là où la rivière épouse la vallée. Tout d’abord, mon photographe Yannick, patineur aguerri de la région, me coache pour une séance de freinage et de techniques afin de tomber «en toute sécurité». Ça va, mon entraînement sur la patinoire de Saas-Fee deux jours avant semble avoir été utile.
C’est parti. Superbe! Rarement j’ai tracé une forêt à une telle vitesse et, de surcroît, en hiver avec des températures en dessous de zéro. Peu à peu, au fil de la piste parsemée de petites descentes, je commence à me forger une certaine expérience et à assurer pour ralentir suffisamment tôt. Car pour le néophyte qui ne patine qu’à Noël sur la patinoire 
de la place Fédérale, c’est plutôt rock. 
A la moitié de l’itinéraire apparaissent enfin deux bancs. Les plus merveilleux du monde. Oui, s’asseoir après 1,5 km 
de patin, ça frôle le paradis! Après une courte pause, c’est reparti. Plus loin, 
je traverse un petit pont, puis Yannick me donne quelques conseils sur la descente et le virage en S de la fin de la piste avant d’arriver dans le village de Surava. Je croise sur ma droite la patinoire de hockey de l’autre côté de la rivière. Cela semble surréaliste… 

«Geschafft», sans une chute. Quel bonheur! Le temps de resserrer les patins, nous entamons déjà le deuxième round. Rebelote, le bus nous ramène au départ. La première reconnaissance de la piste porte ses fruits, le plaisir et la contemplation prennent le pas sur la concentration du patineur du dimanche. C’est dingue comme une forêt peut changer de visage suivant la manière dont on la parcourt. Je me surprends à apprécier l’Albula qui s’écoule, lever la tête pour 
saluer les cimes et un ciel qui flirte bientôt avec l’heure bleue. Après vingt minutes, l’arrivée est à nouveau franchie.

On peut faire la Skateline jusqu'à 21 heures avec une lampe frontale. Il fait nuit noire. Les lumières sur la photo sont celles des flashes du photographe.

Patiner de nuit

Enfin, le dernier test. Comme la Skateline ferme à 21 heures, on peut la patiner de nuit avec une lampe frontale. J’ai 
appris pour l’occasion une chose importante en patin: il faut voir suffisamment loin pour anticiper 
les difficultés à venir et tracer sans 
encombre la Skateline. Trois à quatre mètres, voilà la merveilleuse distance 
à laquelle je discerne la piste avec ma lampe frontale. Un chemin de glace est loin d’être plat comme une patinoire, mais surprend par ses reliefs et parfois ses trous! Oh toi, chenapan, tu as failli m’être fatal! Heureusement, j’arrive une troisième fois à bon port sans tomber. 
Il fait –12 °C et j’ai presque 10 km dans 
les jambes. Quel bonheur de pouvoir maintenant se réchauffer dans le restaurant de l’arrivée, heureux, satisfait… et gelé!

On patine même en famille sur la Skateline. Le casque est obligatoire et on peut louer toutes les protections ainsi que les patins sur place.

Des milliers de patineurs

Notre hôte Giorgio Bossi, fier local à la motivation contagieuse, s’étonne toujours de l’engouement que ce lieu inédit arrive à créer. Chaque samedi et dimanche, ce chemin de glace est patiné quelque 4000 fois. «L’année passée, 26 000 patineurs sont venus ici!» Car une virée d’une journée est loin de faire peur à certains. Giorgio évoque des Bernois qui ont roulé deux heures et demie pour venir tracer la glace avant de repartir à la maison. Ici, dans le restaurant de la Skateline, une famille avec trois 
enfants âgés de 1 à 4 ans est carrément venue ce matin de Stuttgart (3 h 30 de voyage) et rentre encore aujourd’hui chez elle! Ils me racontent qu’ils sont originaires de Caroline du Nord et que, 
selon eux, une telle piste de glace n’existe pas aux Etats-Unis! Pourtant, ce parcours semble tout droit sorti d’un film.
La nuit tombée, nous sommes, mon photographe et moi-même, loin d’être seuls. Beaucoup de jeunes ou moins jeunes viennent ici patiner en soirée lorsqu’ils ont terminé leur travail. Enfin, à partir de 21 heures, la piste est remise à neuf, balayée, puis arrosée. Pour que d’autres amateurs viennent ici patiner dans la forêt, au bord de la rivière, en 
totale liberté!

«Il faut savoir freiner!»

Giorgio Bossi (74 ans)

Fondateur et président de la Skateline

Racontez-nous comment est née cette incroyable piste de glace. 
Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été en contact avec la glace. J’ai aussi travaillé pour réaliser la piste 
de ski de fond sur ce même parcours. Comme de ce côté-
ci de la vallée, il n’y a pas de 
soleil pendant deux mois, 
il nous est venu l’idée de la glacer pour patiner. Et, en 2002, on a ouvert!

Quelles sont les consignes de sécurité et le niveau qu’il faut avoir en patin?
Le port du casque est obligatoire et des protections peuvent être louées. Le niveau en patin n’est pas très important, mais il faut absolument savoir freiner! 

Cette saison, quand 
avez-vous ouvert?
On ouvre généralement le 
20–21 décembre. Mais comme il faisait trop chaud, le sol n’était pas gelé avant le 30. Mon fils qui glace la piste voulait patiner ici encore une fois en 2019. Nous avons donc 
ouvert le 31 à midi et il y avait un monde incroyable!

Infos Pratiques

Skateline et région 
de l’Albula

Ouverture: jusqu’à mi-février, tous les jours de 10 h à 21 h et le dimanche de 10 h à 17 h 30. De mi-février jusqu’à début mars, tous les jours de 10 h à 12 h 30, puis 17 h 30 à 21 h et le 
dimanche de 9 h à 12 h 30. 
Vérifiez que la Skateline est bien ouverte sur le site ci-dessous.
Hôtels: Albula & Julier, à 
Tiefencastel (à 3 km de Surava). Landgasthaus Post, à Surava. 
Autres activités: deux pistes de luge de 10 km à Bergün et un spa à Alvaneu Bad.

www.skateline.ch