X

Recherches fréquentes

TOURISME
BIBLIOTHèQUES

Les plus belles bibliothèques de Suisse

Il y a un concours de beauté pour tout aujourd’hui. Et les bibliothèques n’échappent pas à la tendance. Au niveau international la Suisse se démarque.

13 juillet 2020
Sept cabanes suspendues accueillent des écrivains  en résidence.  Les places sont  très convoitées.

Sept cabanes suspendues accueillent des écrivains en résidence. Les places sont très convoitées.

Lorsque l’on pense aux plus belles bibliothèques suisses, celle de l’abbaye de Saint-Gall (lire ci-dessous) arrive souvent en tête. Mais les temples du livre plus récents, véritables odes à l’architecture moderne, ne sont pas en reste. C’est le cas, notamment, de la Fondation Jan Michalski à Montricher (VD), où divers espaces dédiés à la littérature inter­agissent sous une canopée en béton. Cette dernière porte la patte de deux architectes d’une agence nyonnaise, Vincent Mangeat et Pierre Wahlen. Depuis 2013, la fondation posée au pied du Jura vaudois comprend, entre autres, une bibliothèque multilingue, ouverte au public, ainsi qu’une salle d’exposition et un auditorium. Dans ce lieu inspirant dédié à l’écriture et à la littérature se côtoient auteurs confirmés, artistes, amateurs de littérature et d’architecture.

Sept «cabanes» suspendues dans une forêt de béton accueillent, depuis 2017, des écrivains en résidence. Les places y sont très convoitées car la fondation est connue dans le monde, ne serait-ce que grâce au prix Jan Michalski qui, depuis 2010, récompense une œuvre littéraire internationale, de fiction ou non, quelle qu’en soit la langue.

La Fondation Jan Michalski, avec ci-dessus sa bibliothèque, forme une canopée en béton qui épouse le paysage bucolique du Jura vaudois.

L’origine de la fondation

Vera Hoffmann – fille de Luc Hoffmann, docteur en zoologie, lui-même petit-fils de Fritz Hoffmann-La Roche, fondateur du célèbre groupe pharmaceutique bâlois – rencontre son futur mari, le Polonais Jan Michalski, lors de ses études à Genève. Le couple crée les éditions Noir sur Blanc en 1987 dans le but de construire une passerelle littéraire entre l’Est et l’Ouest. Un nombre important d’auteurs slaves sont ainsi traduits pour la première fois en français. En 2002, Jan Michalski décède prématurément. Pour lui rendre hommage, son épouse donne naissance à une fondation portant son nom en 2004. Aujourd’hui Vera Michalski- Hoffmann est à la tête de plusieurs maisons d’édition formant le groupe Libella.

La bibliothèque

Construite sur cinq niveaux, la bibliothèque multilingue (accès gratuit) abrite quelque 65000 ouvrages. Il est possible de consulter les livres sur place ou les emprunter. Covid-19 oblige, le port du masque y est obligatoire. De nombreux étudiants de l’Arc lémanique s’y rendent en période d’examens car les bibliothèques universitaires manquent de place. La seule distraction ici est la vue. Des prairies immenses, le Léman au loin suivi de montagnes qui se dessinent parfois si nettement que l’on se croirait dans une maquette.

La Fondation Jan Michalski ne cesse de grandir et de se réinventer. Des expositions thématiques et des événements se succèdent. Actuellement, et jusqu’au 30 août, on peut y découvrir A toute épreuve, un livre d’artiste réunissant des poèmes de Paul Eluard et des gravures de Joan Miró dans une édition signée Gérald Cramer. Le poète y conte sa solitude et sa douleur lorsque sa Gala le quitte pour Salvador Dalí.

www.fondation-janmichalski.com

 


Plus de 210000 livres se trouvent dans la sublime bibliothèque de l'abbaye de Saint-Gall.

Bijou baroque de l’abbaye de Saint-Gall

La bibliothèque la plus célèbre de Suisse, connue dans le monde, se trouve à Saint-Gall. Avec sa sublime salle baroque tardif, elle ne séduit pas uniquement les chercheurs en histoire médiévale. Rien d’étonnant qu’elle ait été inscrite, avec le quartier de l’abbaye, au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, en 1983. Encore aujourd’hui, elle reste la principale attraction touristique de la ville.

Nul besoin de savoir déchiffrer les manuscrits pour apprécier les reliures, l’esthétique de l’écriture à la plume dans une salle majestueuse tout de bois vêtue. Pour l’admirer, le visiteur paie une entrée (18 fr. par adulte pour voir la bibliothèque, la cave voûtée et la salle d’exposition ou 12 fr. pour la bibliothèque seule) et enfile des chaussons pour glisser sur le parquet ancien sans l’abîmer.

Ce bijou baroque se trouve au sein d’un imposant complexe architectural composé de différents bâtiments regroupés autour de la grande place du couvent. Il est le résultat d’une campagne de construction du XVIIIe siècle. L’ancien bâtiment Renaissance (avec sa bibliothèque) a été détruit. Un nouveau a été construit au même emplacement. Ce projet exécuté par Peter Thumb de Constance a notamment sollicité les talents du peintre souabe Joseph Wannemacher pour les peintures de la voûte (1762−1763) ou le frère lai Gabriel Loser pour l’ébénisterie (1764−1766).

Une collection de manuscrits inégalée

Hormis les manuscrits, le travail sur le bois et les peintures qui captent le regard dans cet espace si riche en détails, le visiteur passe à côté d’un immense globe, qui détonne dans le paysage. Jadis, dans l’ancienne bibliothèque se trouvait un globe terrestre et céleste de deux mètres de haut acquis en 1595 par l’abbé Bernard Müller. Mais en 1712, il fut volé par les Zurichois. Aujourd’hui il se trouve au Musée national suisse. Depuis 2009, sa réplique exacte trône dans la salle baroque de l’actuelle bibliothèque.

Depuis le VIIIe siècle jusqu’à sa sécularisation en 1805, le monastère de Saint-Gall a été l’un des plus importants d’Europe. La collection de livres aurait aussi débuté au VIIIe siècle. On y trouve aujourd’hui quelque 2100 manuscrits, 100 étant même antérieurs à l’an 800 (p. ex. des textes de Virgile datant du Ve siècle). Seuls une vingtaine de manuscrits sont exposés dans la salle baroque, la majorité se trouvant dans un abri pour des questions de sécurité (incendies, inondations, etc.). Sur demande, ils peuvent être consultés à la salle de lecture.

L’année dernière la bibliothèque abbatiale avait accueilli quelque 156000 visiteurs (salle baroque, caveau et salle d’exposition compris). Nouveauté depuis 2019, la salle d’exposition vaut le détour. En plus d’objets d’archives uniques, de chartes (la plus grande collection de chartes du haut Moyen Age au nord des Alpes y est conservée), on y trouve le plan de Saint-Gall datant de l’an 820. Dans une pièce fermée, le visiteur entre pour vivre une expérience multimédia où l’histoire du monastère est contée. Et le clou du spectacle réside lorsque l’ancien plan de l’édifice se soulève et s’illumine.

www.stiftsbezirk.ch/fr/


Bibliothèques universitaires

De Lausanne à Zurich


Bon pour la tête et les yeux
Ailleurs en Suisse, d’autres bâtisses brillent par leur construction audacieuse. Le Rolex Learning Center (en haut), conçu par le bureau d’architecture japonais Sanaa, abrite une bibliothèque contenant 500000 ouvrages, actuellement ouverte uniquement aux étudiants en raison du Covid-19. La Faculté de droit de Zurich (en bas) a fait appel à l’architecte espagnol Santiago Calatrava. Réservée aux étudiants, les visiteurs silencieux y sont toutefois autorisés, seulement au rez-de-chaussée.

 

 

 

PHOTOS Leo Fabrizio, Tonatiuh Ambrosetti, Bibliothèque de L’abbaye de Saint-Gall, Alamy, Shutterstock