«Je veux assurer mon animal» | Coopération
X

Recherches fréquentes

Conseil
Animaux

«Je veux assurer mon animal»

A quoi faut-il prêter attention quand on souhaite conclure une assurance pour son animal de compagnie?

26 avril 2021

Line Gentsch-Baumberger

Médecin vétérinaire à Neuchâtel

Avec les avancées de la médecine vétérinaire, les examens et thérapies sont de plus en plus pointus et les prix prennent l’ascenseur. A tel point que beaucoup de propriétaires envisagent d’assurer leur petit compagnon pour ne pas être pris au dépourvu en cas de pépin de santé. Personne n’a envie de devoir renoncer à des soins pour son animal faute de moyens. Souscrire à une assurance permet donc d’avoir l’esprit tranquille quoi qu’il arrive et d’offrir le meilleur pour son animal.

De nombreuses compagnies proposent diverses formules permettant de couvrir les soins médicaux de façon plus ou moins complète à un prix plus ou moins onéreux. Cependant, si les chats, les chiens et les oiseaux peuvent être assurés, il n’existe pas encore de telles prestations pour les lapins ou reptiles.

D’une part, il convient d’examiner le mode de vie de son animal. Veut-on assurer le risque d’accident et/ou celui de maladie? Un chat qui sort sera, par exemple, plus fréquemment victime d’un accident de la route. Dans ce cas, une couverture accident sera déjà un bon début et prendra en charge les frais liés à une fracture, par exemple.

D’autre part, certaines races de chats et de chiens sont réputées avoir une santé fragile. Il vaut donc la peine de les assurer très jeunes afin de se passer d’un examen de santé préalable.

Gare aux délais de carence

Prenez le temps de bien comparer les offres des différentes compagnies et lisez attentivement les conditions générales en petits caractères. Par exemple, la durée des temps de carence. Durant cette période plus ou moins longue suivant la conclusion du contrat, votre animal ne sera pas assuré s’il tombe malade.

Les maladies chroniques ou héréditaires sont également le plus souvent exclues, sauf dans quelques formules spécifiques. Si votre chien fait partie d’une race prédisposée aux pathologies congénitales (comme la dysplasie des hanches chez le berger allemand), mieux vaut opter pour cette couverture plus complète, sous peine de se voir refuser le remboursement des soins liés à ces maladies.

Vaste choix de franchises

Du côté des franchises, le choix est vaste et fera varier fortement le montant de la prime. La décision vous revient suivant la somme que vous pouvez facilement débloquer en cas de maladie. Enfin, certaines assurances prennent aussi en charge un forfait pour la médecine préventive (vaccins, castration, etc.) ou l’alimentation diététique de votre animal.

Si vous hésitez, sachez qu’il existe une alternative: le compte épargne santé. En mettant chaque mois de côté un montant fixe pour votre compagnon, par exemple 50 francs, vous disposerez d’un budget conséquent en cas de besoin. Sur la vie entière de votre animal, il y a fort à parier que cette option sera même plus avantageuse qu’une prime d’assurance mensuelle! 


Vous pouvez consulter les anciens sujets sur: www.cooperation.ch/conseils et poser une question à notre vétérinaire en remplissant le formulaire ci-dessous pour une prochaine chronique

Vos données