Beautés bleues | Coopération
X

Recherches fréquentes

à LA UNE
ZOOM

Beautés bleues

Les petits lacs qui jalonnent notre pays offrent de nombreuses possibilités de dépaysement et d’activités. Voici nos six coups de cœur.

16 août 2021
Talalpsee (GL)

Talalpsee (GL)

1484: une date importante dans l’histoire de notre pays? Pas du tout! 1484, c’est le nombre de lacs – toutes tailles confondues – qui jalonnent la Suisse. Ils occupent au total une superficie de plus de 1422 km2 de notre territoire. A raison de la découverte d’un lac par semaine, il faudrait plus de 28 ans pour tous les admirer! Ça, c’était pour les chiffres.

Côté attractivité, qu’elles soient de plaine, de montagne, naturelles ou de retenue, ces étendues d’eau ont plus que jamais la cote pour des escapades d’une journée ou d’un week-end. D’autant que la grande majorité d’entre elles affichent une qualité d’eau propice aux baignades.

Lac ou étang

Or, une question revient toujours: celle de distinguer le lac de l’étang. Officiellement, il n’existe aucune différence majeure. Un lac est, en principe, considéré comme plus grand et plus profond qu’un étang. Sa superficie, sa profondeur et son volume devraient être suffisants pour provoquer un dépôt de sédiments ou une stratification. Dans la réalité, les choses sont plus contrastées.

Il n’est pas rare que la dénomination de «lac» soit donnée par les habitants à des étendues d’eau qui ne répondent pas à ces particularités et, inversement, que l’on nomme «étang» une étendue d’eau nettement plus grande.

Preuve en est chez nos voisins français puisque l’étang de Berre dans les Bouches-du-Rhône (155,3 km2) est beaucoup plus vaste que le lac de Bienne (39,3 km2) ou que le lac des Quatre- Cantons (113,6 km2). Ou encore l’étang de la Gruère (JU, 8 ha) est plus grand que le lac des Vernes (GE, 2,5 ha).

Notre rédaction a sélectionné six petits lacs coups de cœur de 0,8 km2 (80 ha) ou moins, propices à différentes activités, histoire de remplir les week-ends à venir de moments d’exception comme on les aime.

 


1/ Talalpsee (GL)

Altitude: 1084 mètres
Superficie: 3 hectares
Profondeur moyenne: 2,3 mètres

Le Talalpsee est situé au-dessus du village de Filzbach, dans la commune de Glaris Nord. Il se situe dans le Haut lieu tectonique suisse Sardona, site naturel inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2008.

Il est accessible en télésiège depuis Filzbach jusqu’à la station de montagne Habergschwänd.

  • Chemin de 2,5 km pour rejoindre le lac
  • Sites de barbecue et aires de pique-nique autour du lac de montagne
  • Baignade autorisée
  • Pêche autorisée. A savoir: on ne trouve que des brochets dans ce lac de montagne. Permis de pêche disponibles à l’Info Tourisme de l’aire de service de Glarnerland.
  • Possibilité de redescendre de Habergschwänd à Filzbach en trottinette.

Coup de cœur
Le chemin entre Habergschwänd et le Talalpsee permet d’admirer les phénomènes géologiques de la montagne du Kerenzerberg,la composition des roches ainsi que les immenses forces en jeu dans le pli alpin.

www.glarnerland.ch

 


2/ Lac des Brenets (NE)

Longueur: 3,5 kilomètres
Largeur: 250 mètres
Superficie: 80 hectares

Le lac des Brenets est une retenue d’eau naturelle apparue il y a environ 14 000 ans à la frontière entre la Suisse (Montagnes neuchâteloises) et la France (Haut-Doubs).

  • Accès en voiture: par La Chauxde-Fonds, puis Le Locle. Parcours Le Locle – Les Brenets env. 15 min.
  • Accès en train: gare CFF Le Locle, puis train Le Locle – Les Brenets.
  • Location de kayaks et de pédalos
  • Baignade autorisée
  • Nombreuses places de pique-nique

Coup de cœur
Mini-croisières (20 min + 10 min à pied depuis le débarcadère) proposées pour découvrir le Saut du Doubs (27 mètres). Passerelle entre la France et la Suisse pour admirer la cascade sous différents angles.


3/ Caumasee (GR)

Altitude: 997 mètres
Superficie: 10 hectares
Longueur des berges: 2,1 kilomètres

Le Caumasee est situé près de Flims, dans les Grisons. Il est alimenté par des sources souterraines. Ses eaux turquoise affichent une température comprise entre 20 et 24 °C en été.

  • Nombre limité de visiteurs fixé à 1700: places encore disponibles consultables dans l’application Inside Laax.
  • Location de pédalos et de paddles
  • Aires de pique-nique ombragées
  • L’accès à la zone de baignade du Caumasee est payante.
  • Les chiens ne sont pas admis dans la zone de baignade, mais sont autorisés à être amenés au restaurant en laisse.

Coup de cœur
Situé à l’est du Caumasee, le lac de Cresta (également payant) propose des températures d’eau tout aussi agréables.

www.caumasee.ch


4/ Lac de Derborence (VS)

Altitude: 1449 mètres
Superficie: 5 hectares
Tour du lac: 1,3 kilomètre
Temps de marche: 40 minutes

Le lac de Derborence est un lac naturel situé sur le versant nord de la vallée du Rhône au-dessus d’Ardon dans la commune de Conthey. Il tire son nom du cirque de Derborence, où il se situe. Il s’est formé en 1749 suite à un éboulement (environ 50 millions de mètres cubes) provenant du massif des Diablerets et obstruant le cours de la rivière Derbonne. C’est le lac naturel de montagne le plus jeune d’Europe.

  • Accessibilité: en voiture, autoroute A9, sortie Conthey, direction Conthey, Aven, Derborence. En car postal depuis Sion. Attention, les bus ne font la liaison que durant l’été: tous les jours de fin juin jusqu’à fin septembre, puis seulement les week-ends jusqu’à début octobre.
  • Réserve naturelle Pro Natura Valais
  • Deux circuits de balade sont proposés pour les familles: le «tour du lac de Derborence» (1,3 km/40 min) et le «tour de l’éboulement des Diablerets» (6,6 km/2 h 15). Livrets téléchargeables en ligne.

Coup de cœur
«Derborence», de Charles-Ferdinand Ramuz (1934), inspiré de l’éboulement survenu aux Diablerets, relate les relations complexes et étroites qui lient l’homme à la montagne.

www.valais.ch


5/ Lac Noir (FR)

Altitude: 1046 mètres
Superficie: 47 hectares
Longueur: 1,4 kilomètre
Largeur: 500 mètres
Tour du lac: 2 heures

Situé dans le district de la Singine, à la frontière avec le canton de Berne, le lac Noir (Schwarzsee) est facilement accessible en voiture et par les transports publics. Le tour du lac (allée de gravier, 4 km) est accessible en chaise roulante et en poussette. Plat avec de légères montées, il peut être emprunté par tous les temps, durant toute l’année. Différents postes (dragons, sorcières, etc.) ont été disposés pour les enfants le long de la randonnée.

  • Places pour grillades avec trois cheminées près du tour du lac (bois disponible)
  • Pêche autorisée. Permis de pêche disponibles à l’office du tourisme
  • Location de pédalos, canoës, kayaks et stand-up paddles
  • Baignade autorisée

Coup de cœur
La cascade du lac Noir précipitée par-dessus une paroi rocheuse de 30 mètres.

www.schwarzsee.ch


6/ Lac de Taney (VS)

Altitude: 1408 mètres
Superficie: 17 hectares
Tour du lac: 1 h 30

Le lac de Taney (ou lac de Tanay) se situe au-dessus de la vallée du Rhône, dans le Chablais valaisan, sur la commune de Vouvry. Ce lac de montagne et ses alentours sont protégés en qualité de réserve naturelle depuis plus de 50 ans. Départ de la balade au parking Le Flon à Vouvry, direction Miex. Il est toutefois conseillé de laisser la voiture à Vouvry et de se rendre au parking du Flon (départ de la balade) en transports en commun, la route de Miex étant très étroite. Depuis Le Flon, possibilité d’emprunter à pied la route non goudronnée ou le sentier des chèvres (un peu plus raide). Temps de marche: env. 1 h

Coup de cœur
Pour les plus sportifs, il est possible de continuer jusqu’au Grammont (temps de marche supplémentaire env. 2 h 30) qui culmine à 2172 mètres. 

www.valais.ch

 

«Des lacs propices à la rêverie»

Stefan Ansermet est l'auteur de plusieurs ouvrages liés aux beautés de la nature

En quoi les lacs que vous décrivez dans votre livre sont-ils secrets?

Ils ne sont pas signalés par des panneaux et ne possèdent pas de buvette. Ils ne sont connus que par des personnes résidant dans les alentours ou par une poignée de naturalistes. Par lacs secrets, il faut entendre des lieux hors grand public.

Les lacs que vous présentez sont marqués du sceau du mystère, de la solitude et de la contemplation.

Le fait même que ces lacs soient peu connus font qu’ils baignent dans la solitude. Une fois sur place, vous n’y trouverez pas des dizaines de personnes en train de pique-niquer, nager ou bronzer. Ces lacs induisent un état méditatif en raison de leur isolement et de la présence de la nature, beaucoup plus forte que dans des lieux fréquentés. Et ils ont cette faculté de nous plonger dans un état de douce rêverie.

Aller à la rencontre de ces lacs secrets, est-ce un moyen de rompre avec le brouhaha de notre société hyperconnectée?

Dès l’instant où l’on se trouve dans un lieu naturel, on est forcément déconnectés de la réalité moderne, mais je n’ai pas écrit ce livre dans ce but-là. Ces endroits sont suffisamment forts en eux-mêmes pour accaparer notre attention et nous éloigner de nos écrans l’espace d’un instant. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, je vis sans télévision depuis des décennies, mais je vois bien ce qui se passe autour de moi, sans porter de jugement moral. J’espère ainsi que ces petits lacs sortiront un peu les lecteurs de leur univers virtuel habituel.

Parmi les dix-sept lacs figurant dans votre ouvrage, lequel vous a le plus impressionné?

Le lac de Téné à Ayent (VS), à 2400 m. Je suis très sensible au dépouillement de l’endroit: il n’y a que l’eau, le roc et le ciel. Le Téné ressemble à un œil bleu qui nous observe au milieu des rochers. C’est le lac qui m’a le plus étonné.

Ce livre est-il un guide touristique ou une invitation à la méditation?

Il ne s’agit pas d’un guide touristique classique. Je ne propose pas des lieux de baignade, des endroits de pique-nique ou des suggestions de randonnée. Je dirais que mon guide a une vocation spirituelle au sens large du terme. Les petits lacs que je décris proposent des paysages qui nous transforment un peu, qui nous touchent au-delà des couches les plus superficielles de notre attention au monde.

 

«A la recherche des lacs secrets de Suisse romande», Stefan Ansermet, Ed. Favre, 2021, 184 pages