Dompter les pièges du home office | Coopération
X

Recherches fréquentes

LIFESTYLE
Travail

Dompter les pièges du home office

Temps de travail et temps de loisirs, espace professionnel et privé, le télétravail floute les contours de nos habitudes bien ancrées. Des conseils pour rester zen.

22 février 2021

Toute la difficulté du télétravail peut se résumer à cela: trouver un équilibre. Dans ce mode de vie où l’on passe son temps libre et son temps professionnel au même endroit, sans coupure de lieu faisant office de sas de l’un à l’autre, il est facile de tomber dans des pièges. Amel Dumaret (40 ans), sophrologue caycédienne basée dans la région genevoise et spécialiste du conseil en entreprise, recommande de créer des barrières symboliques. «Il est important de conserver ses rituels, ses habitudes, comme se préparer le matin, se doucher et s’habiller, afin de s’installer à heure fixe devant son poste de travail. Rester en pyjama, cela rend généralement moins productif», observe la spécialiste de la santé. Pour délimiter physiquement les heures de travail et de loisir, elle propose de fermer la porte de son bureau le soir, ou si on travaille dans son salon, de simplement ranger ses affaires et les recouvrir symboliquement d’un plaid. «Il ne faut pas laisser des tâches en suspens. Quand on ferme la porte le soir, on arrête pour de bon. On ne va pas par exemple cuisiner et se dire ensuite je reviendrai répondre à un e-mail. C’est essentiel pour rester concentré, mais également pour préserver un équilibre. Travailler tout le temps, en continu, cela génère un stress, et cause des problèmes dans les relations avec la famille.» S’imposer un cadre strict permet de rester équilibré et de se poser moins de questions au quotidien. Les risques sont, sinon, de se laisser envahir par le travail, ou au contraire de ressentir une baisse de motivation, voire de décrocher.

L’importance des pauses

Loin des collègues et de la pause café comme un rituel social, certains gardent le nez rivé sur leur écran du matin au soir sans en lever les yeux. «Travailler sur un écran exige un effort mental et physique. Il est donc très important de faire des pauses, durant lesquelles il faut se lever, faire des étirements, s’aérer, marcher», insiste la sophrologue. Le bon ratio serait de s’arrêter 5 minutes par heure, ou 15 minutes toutes les deux heures. «Il faut également prendre une vraie pause à la mi-journée, l’idéal est d’en profiter pour prendre l’air… et la lumière.»

Stop aux interruptions

Si on est plusieurs à se confiner dans le foyer, il faut réussir à se préserver des moments au calme pour travailler. Les interruptions peuvent vite agacer. «Il est important de fixer des règles strictes pour l’entourage. Par exemple, quand la porte est fermée, je ne suis pas disponible. Mais si on a des enfants, une solution de garde est indispensable, sinon c’est ingérable et cela crée des tensions dans la famille», recommande Amel Dumaret. Même problème avec les e-mails et les chats professionnels. On a besoin d’un temps protégé pour avancer dans son travail en étant concentré. Mieux vaut se l’accorder, et ensuite consacrer un moment afin de répondre aux messages ou de rappeler ses collègues.

L’environnement de travail

L’idéal est de s’installer dans un endroit dédié, clair et lumineux. Un lieu où l’on se sentira à l’aise et confortablement installé. Cet espace réservé ne devrait pas se trouver dans sa chambre à coucher, si on peut l’éviter. Selon les préceptes du feng shui, la présence de plantes peut stimuler la concentration et le bien-être: à chacun de créer le cadre qui lui permette de se sentir bien.

La posture devant l’ordinateur

Attention à ne pas se blesser à cause d’une mauvaise position à son poste de travail. Selon la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents (SUVA), les jambes doivent former un angle à 90 degrés et les pieds reposer à plat sur le sol. Si besoin, improviser un reposepied. Le dos doit être calé sur le dossier de la chaise, pour soutenir la région lombaire. Si tel n’est pas le cas, un coussin peut y remédier. Les coudes doivent aussi former un angle à 90 degrés. L’écran de l’ordinateur se trouve idéalement à une longueur de bras, et les yeux être légèrement dirigés vers le bas (voir le schéma en page 70). Réduire les tensions est important, car le risque est de souffrir à la longue de douleurs musculaires et articulaires. En plus, la sédentarité liée au télétravail a un impact. «Pratiquée durant des mois, celle-ci peut avoir des conséquences graves pour la santé, nous ne somme pas faits pour rester sans bouger durant des heures, souligne la sophrologue. Bouger est fondamental, cela oxygène et c’est important pour l’équilibre physique comme mental.» 

 

 

Pas de grignotage

A travailler à deux pas de son frigo, la tentation pour certains est de grignoter toute la journée. Avec à la clef un risque de prise de poids. Il faut apprendre à reconnaître sa faim réelle, d’une faim de… faire une pause, ou le besoin d’une récompense. Plutôt qu’une friandise, on peut s’offrir une pause où on respire par la fenêtre, où on sirote une tasse de thé, ou une autre activité équivalant à une pause mentale. «En cas de faim, il est malin d’avoir à disposition dans la cuisine des fruits, de quoi se préparer une tartine, pour faire des collations raisonnables entre les repas – plutôt que de grignoter continuellement», recommande Amel Dumaret. «C’est en outre important de prendre trois vrais repas par jour, en adaptant l’apport calorique au fait qu’on bouge moins.»

«Etre indulgent avec soi-même» Il faut se rappeler que nous vivons une situation exceptionnelle, dans un contexte difficile où différents facteurs peuvent augmenter notre niveau de stress. Selon la spécialiste, il est judicieux de se mettre moins de pression face à ses objectifs habituels. «Ce sont des conseils de survie. Il faut être indulgent avec soi-même, car les outils de travail à distance et les problèmes techniques engendrent une charge mentale supplémentaire. Il faut s’adapter sans cesse à ces nouvelles formes de travail.» La plupart des gens en télétravail se sentent un peu isolés, mais attention à ceux qui se sentiraient abandonnés. Prendre des nouvelles permet de repérer si un collègue se trouve en difficulté émotionnelle. «Il y a un manque de relations sociales et d’échanges spontanés», relève la sophrologue. «Je conseille donc de discuter également de manière informelle avec ses collègues, car le besoin de lien social est vital. Il ne faut pas non plus rompre le lien de l’équipe!» 

Comment s’habiller en télétravail

A l’heure des visioconférences, on se pose la question: que porter face à son écran? «Il est admis d’avoir un look plus relax qu’au bureau lors d’une réunion virtuelle», nous rassure Claudia Rei, conseillère en image à l’ARTelier de soi, à Lausanne. «Or certains se laissent aller, avec l’excuse qu’on les voit moins bien.» L’idée est de trouver un juste milieu. «C’est ridicule d’être trop formel, on peut laisser tomber la cravate. Mais on ne va pas non plus arriver décoiffé! Le look doit simplement montrer son professionnalisme, selon le code établi dans sa branche, mais sans en faire trop», résume la pro. Elle déconseille les pulls à capuche ou t-shirts à message, car un minimum d’élégance est de mise. «On peut porter un pantalon confortable, un jean ou un chino, avec un chemisier, un col roulé, un cardigan ou un pull en laine.» L’idée est de miser à la fois sur la présentation et le confort. «Un training discret en bas, cela fonctionne, mais pas un avec un logo de marque!» Dans tous les cas, il est normal d’être moins motivé de bien s’habiller, en retrait du monde derrière son écran. Or prendre soin de son apparence peut également remonter le moral. «En effet, cela reste important pour l’estime de soi et la motivation», relève Claudia Rei. Un petit effort à intégrer dans sa routine!