La cathédrale des records | Coopération
X

Recherches fréquentes

La cathédrale des records

En 1421, il y a exactement 600 ans, était posée la première pierre de la cathédrale de Berne. Visite de la plus haute tour d’église de Suisse, en compagnie de sa gardienne.

PHOTO
Pascal Triponez, Alamy, Keystone, Shutterstock
26 avril 2021

Le clocher est haut. Très haut même: 100,6 m, ce qui lui vaut le titre du clocher le plus haut de Suisse et la 88e place au niveau mondial. La tour est ouverte jusqu’à la huitième galerie située à 64 m de hauteur. Commence ensuite le clocher, construit en 1893. «Aujourd’hui, nous devons prendre les escaliers car l’ascenseur est en panne», aime plaisanter Marie-Therese Lauper, la gardienne de la tour.

Un éléphant nommé Susanna

Il n’y a pas d’ascenseur, bien sûr! Ce sont exactement 344 marches qui attendent les visiteurs. La gardienne a déjà pris les devants. Née à Wil (SG), cette dernière a étudié à l’école normale puis a vécu à l’étranger, en Irlande du Nord et en France. Elle a travaillé comme guide touristique en Italie et en Espagne. Arrivée à Berne en 1984 – par amour –, elle a été guide touristique de la ville pendant 25 ans en allemand, anglais, français et italien. Ceci jusqu’en 2007, date à laquelle elle obtient le poste de gardienne de la tour de la collégiale.

Pour se rendre au bureau, la gardienne de la tour Marie-Therese Lauper doit gravir 344 marches!

La montée n’en finit pas. Une marche, puis une autre, puis encore une autre… Heureusement, à 30 m de hauteur, soit après 154 marches, se trouve la première des deux chambres des cloches, où l’on peut enfin reprendre son souffle. C’est ici que l’on découvre l’impressionnante Susanna, une cloche pesant 10 tonnes et mesurant 2,47 m de diamètre.

Avec une masse équivalente à celle d’un couple d’éléphants bien nourris, plus leur éléphanteau, Susanna est la plus grosse cloche de Suisse, ainsi que la deuxième plus grave du pays – derrière celle de l’église abbatiale de Saint-Gall. Mais les six cloches de la collégiale ne s’expriment toutes en même temps qu’une seule fois par semaine, avant l’office dominical, de 9 h 45 à 10 h.

Jusqu’en 1943, ces six cloches étaient actionnées par des hommes. Susanna exigeait à elle seule huit solides Bernois. Mais un jour de la Saint-Sylvestre, un homme a été tué par le battant de la cloche. Depuis, un moteur électrique a pris la relève.

Un cahier des charges atypique

Près de Susanna est accrochée la cloche des bourgeois, sur laquelle la gardienne peut exercer ses talents de «musicienne» une fois par an. Elle actionne la cloche pour les 12 coups de minuit à la Saint- Sylvestre, marquant ainsi le début de la nouvelle année. «Ce n’est pas si facile. Cela demande de l’entraînement. Je m’exerce quand les autres cloches sonnent aussi. Ainsi, personne ne m’entend», explique-t-elle.

Et c’est reparti pour 100 marches supplémentaires jusqu’à la première galerie de la tour, à 46 m au-dessus du sol. C’est là que se trouve l’ancien appartement du gardien de la tour, resté occupé jusqu’en 2007. Marie-Therese Lauper y a gardé son bureau où elle peut monter jusqu’à dix fois par jour dans des cas exceptionnels. Elle s’y rend pour répondre aux mails et aux appels téléphoniques.

Elle gère en outre des événements. Dans l’ancienne quatrième pièce de l’appartement du gardien de la tour, un étage plus haut, se trouve en effet de nos jours une magnifique salle de réception pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes pour des concerts, des apéritifs et d’autres festivités.

80000 visiteurs par an

«Je suis également responsable de la propreté et de la sécurité à l’intérieur de la tour.» Ce cahier des charges consiste notamment à contrôler les billets des visiteurs qui atteignent la quatrième galerie (entrée: 5 francs), offrir une aide à ceux qui ont le vertige durant l’ascension ou conter l’histoire de la tour.

Et les histoires et anecdotes ne manquent pas! On peut, par exemple, apprendre que la tour est ouverte aux touristes depuis 1890, qu’elle était auparavant utilisée par les pompiers pour surveiller la ville, que l’appartement du gardien est équipé de toilettes avec chasse d’eau depuis 1896 et qu’elle accueille chaque an quelque 80000 visiteurs.

Une expérience vertigineuse

Nous y voilà enfin, à 64 m au-dessus du sol, 344 marches dans les jambes. Nous assistons à l’activation de la cloche de prière qui sonne à 11 h précises. Avec ses 1428 kg, son poids correspond à celui de deux vaches. Il s’agit de la deuxième plus petite cloche de la collégiale. Tout en contemplant les toits de la vieille ville de Berne, le visiteur a une drôle de sensation, comme si la plateforme se balançait doucement. Dans un sens... puis dans l’autre... Est-ce une hallucination? «Pas du tout, déclare la gardienne de la tour, ça bouge, mais seulement d’environ 5 millimètres.» En résumé, ce léger balancement est dû au fait que la fréquence de la tour et celle de la cloche qui ne s’accordent pas.

L’explication enlève un peu la sensation de vertige. Le moment est venu de prendre un selfie avec le Palais fédéral et la Tour de l’horloge en arrière-plan, avant d’entamer la longue descente dans l’escalier en colimaçon. Les yeux rivés sur nos pieds, la descente, elle, a quelque chose d’hypnotique. 

Tutoyer le ciel

Les plus hautes tours d’églises de Suisse

 

1. Cathédrale de Berne: 100,6 m

La pointe du clocher n’a été ajoutée à la tour qu’à la fin du XIXe siècle. La collégiale de Berne occupe la 88e place dans la liste des églises les plus hautes du monde.

Vue de la plateforme supérieure de la cathédrale de Berne, à 64 m au-dessus du sol. En arrière-plan, la vieille ville avec le Palais fédéral.

2. Eglise Saint-Martin, Malters (LU): 97,6 m

L’église a été bâtie de 1832 à 1839 et le sommet de son clocher a vu le jour en 1935. Il s’agit du plus haut clocher d’une église catholique en Suisse.

3. Eglise Prediger, Zurich: 97,0 m

Aujourd’hui évangélique réformée, l’église du Niederdorf faisait partie d’un cloître dominicain. Elle a été construite en 1231, et le clocher actuel en 1900.

 

4. Sainte Marie-Madeleine, Alpnach (OW): 91,2 m

Le 1er novembre, cela fera 200 ans que l'église a été dédiée à sainte Marie- Madeleine. La tour de 100 m de haut a brûlé en 1887.

5. St. Johann et Paul, Schüpfheim (LU): 88,0 m

En 1808, la construction de l'imposante église est terminée. Un grand incendie a ravagé le village en 1829. Les dégâts étaient importants, mais l'église a survécu.

6. Eglise réformée, Buchs (SG): 82,0 m

L'église a été construite en 1931–32 en moins d'un an. Sa tour est considérée comme le premier clocher d'église de Suisse entièrement en béton.