Sur les traces du yodel | Coopération
X

Recherches fréquentes

TOURISME
SENTIER DIDACTIQUE

Sur les traces du yodel

Découvrir l’histoire du yodel, tout en faisant un peu de sport lors d’une randonnée en montagne, c’est possible depuis ce mois d’août. Rendez-vous sur l’alpage Dürrenwald, dans le Simmental de l’Oberland bernois, pour échauffer les mollets et les cordes vocales.

PHOTO
Patrick Aegerter | Jasmina Slacanin
13 septembre 2021

«Tous ceux qui savent chanter peuvent apprendre le yodel», assure Ueli Moor, chef de chœur au Jodlerklub de St. Stephan et initiateur du tout nouveau «Jodlerweg». Connu comme le loup blanc dans la région, il présente fièrement son nouveau bébé: «C’est le premier sentier thématique sur le yodel en Suisse!»

L’alpage Dürrenwald reste un lieu sauvage, loin du tourisme de masse.

Le choix du lieu pour cette randonnée didactique originale n’a rien d’un hasard car le yodleur passionné a grandi sur l’alpage Dürrenwald. Sa famille y produit du fromage depuis sept générations. Le cri des marmottes, le bruit du vent, l’écho de la montagne, tout ici l’inspire, depuis sa plus tendre enfance, pour chanter et composer. Encore aujour­d’hui, ce quinquagénaire monte régulièrement au sommet du «Flösch» à plus de 2000 m d’altitude – l’une des étapes du sentier didactique –, pour entraîner sa voix. «C’est ma façon à moi de prier.»

Ce sentier n’a rien d’une balade tranquille, puisque la version longue se parcourt en environ trois heures de marche avec 500 m de dénivelés positifs et négatifs (il s’agit d’une boucle). Par contre, on ne voit pas le temps passer: les postes sont ludiques et les paysages grandioses sur tout le Simmental. Au départ du sentier, les enfants (ou adultes!) s’emparent d’un dépliant sous forme de partitions de musique. A chaque poste (huit au total), ils devront trouver un indice caché qui leur dévoilera la couleur à biffer sur la partition. En plus d’en apprendre davantage sur l’histoire de cette tradition des Alpes suisses, des jeux sont aussi proposés. On s’entraîne à lancer un lasso en visant la tête d’une vache en bois, par exemple. On expérimente plus loin la lutte à la culotte (matériel à disposition!). Tout est réuni pour prendre un bain de culture de l’alpage et passer une journée entière, paisible, sur ce sentier, loin des foules. A la fin de la marche, on introduit la partition dans une machine, en activant une manivelle. Une mélodie indiquera si vous avez tout juste ou non.

Version courte ou longue du «Jodlerweg»? A vous de choisir.

Une version courte est aussi possible, d’environ une heure, en partant dans le sens inverse (par les derniers postes). Les petits marcheurs peuvent ainsi profiter du paysage et de quelques jeux sans faire le tour entier.

Romands de plus en plus nombreux

Les panneaux explicatifs sont tous bilingues, français et allemand. Même trilingues grâce à un code QR qui mène aux textes en anglais. Par contre, il est parfois compliqué d’y accéder par manque de réseau. «Les Romands sont de plus en plus nombreux à visiter la région, explique Eric Berset de St. Stephan Tourisme qui a travaillé sur ce projet. C’était important qu’ils aient accès à toutes les informations en français.»

Tout le matériel est à disposition pour s'essayer à la lutte à la culotte.

Au fil de la randonnée, les marcheurs en apprennent davantage sur cette technique de chant passant rapidement de la voix de poitrine à la voix de tête, pratiquée principalement dans les montagnes suisses, autrichiennes, allemandes et slovènes.

Un moyen de communication

Dans les Alpes suisses, berceau du yodel, cette méthode de chant était également un moyen de communication entre les montagnes. Et le berger appelait aussi son troupeau ainsi. L’histoire de ce chant ancestral dans le Simmental est indissociable de celle d’Ueli Moor, qui y a façonné la culture du yodel, durant des décennies. Directeur du club de yodel de St. Stephan, juré fédéral et fondateur du premier club de yodel féminin de la région, Ueli a composé plus de 50 chants et continue de promouvoir sa passion pour cet art alpin.

Ueli Moor se passionne pour le yodel depuis son enfance, ce sentier conte son histoire.

Il n’est pas rare de le croiser sur la terrasse de la ferme familiale, exploitée par son frère Chrigel, lui aussi yodleur passionné. Et pour qu’il pousse la chansonnette, nul besoin de lui demander deux fois. Parfois, les vaches de la ferme Moor, lui répondent en chœur.


Comment y aller

Le sentier est gratuit, ouvert de début juin à fin octobre (selon météo). Pour l'instant, il n’est pas accessible en transports en commun. Le plus simple est de venir en voiture et de prendre la petite route étroite depuis St. Stephan. Suivre les panneaux pour le «Jodlerweg». Autre moyen relativement facile et plus écolo: louer un vélo électrique à Lenk et monter jusqu’à l’alpage Dürrenwald par cette même route. Un service de taxi est aussi disponible.

Pour en savoir plus: www.uelimoor.ch/jodlerweg