V comme victoire | Coopération
X

Recherches fréquentes

V comme victoire

Le projet V-Bahn, nouvelle vedette des Alpes bernoises, fait le bonheur des touristes été comme hiver: au départ du terminal de Grindelwald, l’élégant téléphérique Eiger Express permet d’accéder en 15 minutes au glacier de l’Eiger, et en 40 minutes seulement au Jungfraujoch.

TEXTE
PHOTO
David Birri
28 juin 2021
En immersion totale  dans la nature: dans la télécabine de l'Eiger Express, Urs Kessler ne se lasse pas  de contempler la vue sur  la face nord de l'Eiger.

En immersion totale dans la nature: dans la télécabine de l'Eiger Express, Urs Kessler ne se lasse pas de contempler la vue sur la face nord de l'Eiger.

Seuls ceux qui n’y ont jamais mis les pieds se demandent pourquoi la nouvelle gare de départ des remontées de Grindelwald s’appelle le «terminal». Dans le couloir aux tapis roulants ou dans le vaste hall principal, une furieuse envie de partir en voyage s’empare des visiteurs. Non sans raison, car l’aéroport de Zurich-Kloten a servi de modèle à cette construction. «Puisque nous nous adressons à une clientèle internationale, je trouve qu’une ambiance d’aéroport est de circonstance», confie Urs Kessler (59 ans), directeur des chemins de fer de la Jungfrau.

Le projet V-Bahn est opérationnel depuis le 5 décembre 2020. D’un côté se trouve le nouveau téléphérique du Männ­lichen et, de l’autre, l’Eiger Express. Ensemble, ces deux lignes forment le V qui a donné son nom au projet dont l’Eiger Express constitue la véritable attraction. Ce tout nouveau téléphérique à trois câbles, à mouvement unidirectionnel, peut se résumer en quelques chiffres: soutenu par seulement 7 pylônes, il achemine 26 passagers par cabine jusqu’au glacier de l’Eiger en 15 petites minutes, à une vitesse de près de 29 km/h.

«A chaque voyage, je suis impressionné par cette proximité avec la nature», s’émerveille Urs Kessler. Il a même sacrifié quelques sièges pour agrandir au maximum les surfaces vitrées: «L’idée était d’offrir l’expérience la plus grandiose possible.»

Au pied de l'Eiger: le terminal qui s'intègre parfaitement au paysage (ci-dessus) ne laissant en rien deviner un intérieur aussi moderne et sophistiqué (voir image ci-dessous).

Dans la peau du client

Lorsqu’il a commencé à travailler aux chemins de fer de la Jungfrau en 1987, Urs Kessler n’imaginait pas qu’il ferait un jour entrer cette entreprise dans une nouvelle ère en construisant le téléphérique à trois câbles le plus moderne du monde. «Je voulais avant tout revenir dans ma région natale», nous explique ce natif de Gsteigwiler, un petit village situé près d’Interlaken dans le canton de Berne. Le V-Bahn est l’œuvre de sa vie en quelque sorte. «On ne réalise qu’une seule fois un projet de cette envergure», affirme ce père de deux enfants. Ce projet de 470 millions de francs est conçu pour rester en service durant les 50 prochaines années.

Pour ce faire, la planification et l’anticipation ont été essentielles. «Nous nous sommes mis dans la peau du client afin de trouver la meilleure solution», précise Urs Kessler. Les voyageurs en train accèdent directement au terminal par le haut, ceux qui arrivent en voiture ou en car entrent par le bas. Quant aux skieurs qui ont emprunté la piste en direction de la vallée, ils n’ont que quelques mètres à parcourir pour rejoindre l’escalier roulant, leur permettant d’accéder immédiatement aux deux télécabines.

De féroces adversaires

Ce projet a bien sûr suscité quelques contestations. «Entre 2016 et 2018, 17 recours ont été déposés par 17 juristes, se souvient Urs Kessler. J’ai eu droit à tout, même à des menaces de mort. Mais si c’était à refaire, je ne changerais rien.»

La principale critique portait sur la dégradation du paysage, en particulier sur le dernier pylône au pied de la légendaire face nord de l’Eiger. Le pylône a finalement été raccourci, et tout s’est bien terminé. «Depuis la mise en service du projet V-Bahn, les voix des opposants se sont tues, souligne Ruedi Brawand (28 ans), directeur technique. Tout le monde a compris que la nouvelle télécabine permettait de gagner 47 minutes et d’accéder encore plus confortablement au domaine skiable. Les avantages sont évidents.» Cet habitant de Grindelwald apprécie d’être si proche de la nature grâce à l’Eiger Express et d’être aux commandes du téléphérique le plus moderne du monde. «Durant mon apprentissage, je rêvais d’un téléphérique à trois câbles, se souvient-il. Cette technologie permet de sortir et de rentrer les cabines même à plein régime.»

«Nous avons dépassé les attentes des visiteurs»

Urs Kessler, Directeur des Chemins de Fer de la Jungfrau

Urs Kessler est heureux que le téléphérique achevé reçoive un écho favorable. Il connaît la raison de ce succès: «Nous avons dépassé les attentes des visiteurs.» Et que les nostalgiques se rassurent: le train à crémaillère continue de circuler. Même si son entretien est trois fois plus coûteux que celui du téléphérique à trois câbles.

Freiné par la pandémie

Une fois les oppositions levées, la voie était libre pour les travaux. C’est alors qu’est apparue la pandémie de coronavirus. Après une année 2019 record, les chemins de fer de la Jungfrau ont véritablement plongé dans le marasme de la pandémie. «J’ai sous-estimé la crise», avoue notre interlocuteur. Néanmoins, le projet a relativement bien surmonté l’année de crise, en partie parce que tous les permis de construire avaient été octroyés avant la pandémie. «Si la crise était arrivée un an plus tôt, le projet V-Bahn n’aurait probablement pas vu le jour», constate-t-il avec lucidité.

Le coronavirus a même profité à la gare de montagne de l’Eiger Express, qui a coûté à elle seule plus que l’ensemble du terminal. En effet, l’absence de passagers a permis d’une part de rattraper le retard sur le calendrier et, d’autre part, d’intégrer dans le concept certaines leçons tirées de la pandémie. Sur le glacier de l’Eiger, ceux qui montent et ceux qui descendent s’évitent automatiquement grâce à deux tunnels distincts.

Et pour conclure, Urs Kessler fait une comparaison édifiante pour illustrer les atouts du V-Bahn: «Il est aujourd’hui plus rapide de se rendre sur le Jungfraujoch depuis Berne qu’autrefois depuis Interlaken.»

 


L’action spéciale de Coop

Pour tout achat d’un montant de 100 fr. ou plus dans un supermarché Coop, au rayon alimentaire des Coop City ou en ligne sur coop.ch, recevez un bon de réduction valable sur un trajet à bord de l’Eiger Express, le téléphérique tricâble le plus moderne du monde, incluant la possibilité de se rendre au Jungfraujoch «Top of Europe». Ce bon vous permet de bénéficier de 4 billets maximum à tarif réduit sur le trajet aller-retour Grindel­wald–Glacier de l’Eiger ou Grindelwald/Lauterbrunnen–Jungfraujoch. Cette offre de Coop peut vous faire économiser jusqu’à 50% sur le tarif normal. Les bons de réduction sont distribués jusqu’au 3 juillet et sont valables jusqu’au 30.11.2021 (voir les conditions indiquées sur le bon). Nous vous recommandons de réserver un siège (payant).

Réservations et infos sur l’offre:

www.jungfrau.ch/coop
www.coop.ch/jungfraubahn