Un amour de rom-com | Coopération
X

Recherches fréquentes

WEEKEND

Un amour de rom-com

Tu fais partie de ceux qui lèvent les yeux au ciel quand ils entendent le mot rom-com? Attends, on va t’expliquer pourquoi tu devrais quand même donner une chance aux comédies romantiques, surtout pour la Saint-Valentin!

PHOTO
Alamy; Stocksy; Netflix; Getty
11 février 2021

Les comédies romantiques (rom-coms pour les intimes) ont mauvaise réputation. A tort! On est d’accord, leurs scénarios sont souvent identiques: deux individus surmontent toutes sortes d’obstacles avant de découvrir qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Le happy end final prend généralement la forme d’un baiser sous la pluie. Tu trouves ça niais et prévisible? Pas faux, mais c’est justement pour ça qu’on aime ce genre de films. On sait exactement à quoi s’attendre: de la romance, de l’humour, et que tout s’arrange à la fin. Pourtant, les rom-coms peuvent être plus profondes qu’elles n’en ont l’air, et briser les stéréotypes, comme le prouve, par exemple, «Love, Simon» (2018). Ce long-métrage raconte la vie d’un adolescent dont personne ne connaît l’homosexualité. Et puis, avec ce genre, on finit systématiquement sur un dénouement heureux, mais qu’y a-t-il de mal à cela? Surtout qu’en cette période, on a bien besoin de plaisirs coupables réconfortants.

CLASSIQUES

On pourrait se demander quelle était la première comédie romantique. Les comédies loufoques des années 30 et 40 peuvent être vues comme les précurseurs du genre. Elles mettaient l’accent sur des conflits entre pôles opposés, qui finissaient par être surmontés. New York – Miami (It Happened One Night, 1934) est considéré comme l’origine de toutes les rom-coms. Drôle, charmant, divertissant. Les années 50 et 60 ont également offert des comédies incontournables. Dans Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s, 1961), d’après le roman de Truman Capote, Audrey Hepburn brille dans le rôle de la fêtarde excentrique Holly Golightly. Et dans Certains l’aiment chaud (Some Like It Hot, 1959), Marilyn Monroe montre à quel point un ukulélé peut être sexy, surtout avec une bonne dose d’humour

CULTES

Les années 80 et 90 sont considérées comme l’âge d’or des rom-coms. En vedette, Julia Roberts, exceptionnelle dans Pretty Woman (1990) ou Le Mariage de mon meilleur ami (1997). Ou encore Meg Ryan, qui capture nos cœurs dans Nuits blanches à Seattle (1993), et avec Quand Harry rencontre Sally (1989). Au masculin, un acteur phare est Hugh Grant, dans son rôle de séduisant Britannique maladroit dans Quatre mariages et un enterrement (1994). Du coup, avec un sacré couple à l’affiche, Coup de foudre à Notting Hill (1999) a fait un tabac. Julia Roberts y campe une actrice renommée face à un Hugh Grant subjugué.

BACK TO SCHOOL

Les rom-coms pour ados fonctionnent souvent de la même manière: fille discrète aime joueur de foot orgueilleux... Pour faire court, ils finissent ensemble, elle n’est plus invisible, lui n’est plus arrogant. Mais il n’y a pas que ça. On peut dire que la meilleure comédie romantique dans un décor high school est 10 bonnes raisons de te larguer (1999). Il s’agit de la Mégère apprivoisée de Shakespeare qui prend place dans un lycée. Dans la même catégorie, Netflix propose aussi deux-trois films sympas. Par exemple The Kissing Booth (2018), qui tourne autour d’une amitié, et A tous les garçons que j’ai aimés (2018). En vedette: Lana Condor dans le rôle de Lara Jean et Noah Centineo dans celui du beau Peter Kavinsky.

ATYPIQUES

Même si on adore les clichés des comédies romantiques, certains films un peu spéciaux occupent néanmoins une place particulière dans nos cœurs. Parmi ceux-ci : Le Journal de Bridget Jones (2001). Ce long-métrage raconte l’histoire d’une femme célibataire trentenaire qui boit et fume trop et se retrouve prise entre deux hommes, l’avocat snob Mark (Colin Firth) et son patron arrogant Daniel (Hugh Grant). Difficile de faire mieux en termes d’autodérision. Avec un peu moins d’humour et un côté plus dramatique, on trouve 500 jours ensemble (2009). Le romantique Tom (Joseph Gordon-Levitt) tombe amoureux de Summer (Zooey Deschanel), qui ne croit pas à l’amour. Même si le film reprend le thème classique d’une comédie romantique, le récit en fait une pièce unique. Une pépite, au réalisme souvent impitoyable, avec une super bande-son.

Concours Weekend Saint-Valentin

2x 2 Sex toys pour femme et homme à gagner

Pour participer, clique ici!

 

FILMS À SKETCHS

Lorsqu’une comédie romantique se compose de plusieurs histoires, d’importance égale, mais toujours liées entre elles, on parle de film à sketchs. A Hollywood, les gens aiment bien en tourner sur des thèmes, comme les divertissants Valentine’s Day (2010) ou New Year’s Eve (2011). Le plus touchant du genre est Ce que pensent les hommes (He’s Just Not That Into You, 2009), qui exploite ce thème central très simple: s’il ne rappelle pas, c’est que tu ne l’intéresses pas vraiment. Mais le Saint Graal des films à sketchs, qui surpasse tout, vient du Royaume-Uni. Le cultissime Love Actually (2003), tisse différentes histoires d’amour avec délicatesse et humour, à la veille de Noël. Avec un beau casting, de Colin Firth à Keira Knightley en passant par Liam Neeson. Et enfin, qui ne pouvait absolument pas manquer à l’appel? Hugh Grant bien sûr, cette fois-ci en tant que premier ministre. Génial!

DÉLIRANTS

Dans le registre des films délirants, Adam Sandler et Ben Stiller sont au coude à coude, avec des rom-coms qui sont plus comédies que romantiques! L’un des films les plus touchants dans cette catégorie est sans conteste Amour et Amnésie (2004). Il raconte l’histoire à la fois drôle et triste de Lucy (Drew Barrymore), amnésique qui oublie tous les soirs ce qui s’est passé la veille, et d’Henry (Adam Sandler), qui tombe amoureux d’elle et se bat pour conquérir son cœur chaque jour. Le prix de la meilleure rom-com délirante revient toutefois à Mary à tout prix (1998): Cameron Diaz, dans le rôle de Mary, fait tourner la tête non seulement de Ted (Ben Stiller), mais aussi de tous les hommes autour d’elle. Avec une mention spéciale pour la scène mythique du «gel pour cheveux».

Edition complète »